Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le syndicat de la LCBO dépose une demande de conciliation et fixe les dates du vote de grève

OPSEU Liquor Board Employees Division - SEFPO Division des employes de la regie des alcools
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) a demandé au ministère du Travail de désigner un conciliateur pour faciliter les négociations collectives avec la LCBO.

« Le syndicat espère que l'intervention d'un tiers neutre permettra de faire progresser les pourparlers », a déclaré Denise Davis, présidente de l'équipe de négociation pour la Division des employés de la Régie des alcools (LBED) du SEFPO.

« À la table de négociation, l’employeur demande des concessions qui nous inquiètent. Si on acceptait ces concessions, on affaiblirait la LCBO; nos membres ne peuvent pas les accepter et ils ne les n'accepteront pas », a-t-elle ajouté. « Nous faisons des propositions pour bâtir une LCBO plus forte. »

« Nous demandons la conciliation afin que l’employeur se rende compte qu'il est temps de faire des propositions qui vont dans le sens d'un accord. »

La conciliation est une étape importante dans la négociation collective : en cas d'échec, les deux parties peuvent lancer le compte à rebours qui mène vers une situation légale de grève ou de lock-out

Le syndicat a annoncé que le vote de grève aura lieu les 24 et 25 avril prochains sur tout le territoire ontarien.

La sécurité d'emploi, la planification du travail, la santé et la sécurité figurent parmi plusieurs des préoccupations importantes des 7 500 employés de la LCBO qui sont représentés par le SEFPO.

« Le contexte de cette ronde de négociation dépend de Queen's Park et du plan malavisé de la première ministre Kathleen Wynne qui autorise la vente de produits de la LCBO dans les épiceries », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Si on ne fait rien pour arrêter cette privatisation rampante, la LCBO, que nous connaissons aujourd’hui, disparaitra en l’espace de seulement quelques années. »

« Les membres du SEFPO se battent pour sauver la LCBO et nous demandons à tous les Ontariens de les soutenir », a-t-il ajouté. « La LCBO est un bien public qui aide à financer tous les services publics dont nous dépendons – des routes aux soins à domicile. Nous devons la sauver. »

La convention collective des membres du SEFPO qui travaillent à la LCBO a expiré le 31 mars 2017.

Renseignements :Denise Davis, 905-767-6867; Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931