Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le syndicat des employés de la LCBO dépose un rapport « no board » avec délai de grève prévu pour avant fin juin

OPSEU Liquor Board Employees Division - SEFPO Division des employes de la regie des alcools
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Tandis que les conditions d’emploi se détériorent dans les lieux de travail partout à travers la province, l’équipe de négociation des travailleurs de la LCBO ont demandé un rapport recommandant de ne pas instituer de commission de conciliation au ministère du Travail de l'Ontario, avec un délai de grève prévu pour avant la fin du mois dans les négociations contractuelles avec l’employeur.

Denise Davis, présidente de l’équipe de négociation de la Division des employés de la Régie des alcools (LBED) du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO), a déclaré que les actions de la LCBO, en dehors des négociations, ainsi que son refus à avancer sur les préoccupations clés des travailleurs « ne nous laissent d’autre choix que de fixer nos limites ».

« Nous avons des travailleurs coincés à des postes soi-disant occasionnels depuis des dizaines d’années, qui travaillent sept jours par semaine et gagnent un salaire annuel inférieur à 30 000 $ », a déclaré Madame Davis. « Et nous avons des travailleurs saisonniers qui sont assis chez eux tandis que des travailleurs d'agences de placement temporaire sous-payés font leur boulot. Le statu quo ne peut plus durer, et les propositions de l’employeur ne feraient qu’aggraver une situation déjà peu brillante. »

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a souligné que les actions de la LCBO sont particulièrement odieuses si l’on tient compte des commentaires récents de la première ministre sur l’amélioration de la vie des travailleurs vulnérables.

« Nos membres voient leur première ministre aux nouvelles du soir promettre des améliorations pour les travailleurs », a déclaré Monsieur Thomas. « Mais quand ils arrivent au travail le lendemain matin, ils trouvent un employeur public qui continue de les exploiter. »

« Il suffit d’observer ce qui se passe avec les travailleurs de la vente au détail à la LCBO. Il a fallu une plainte pour atteinte aux droits de la personne, plus de trois ans de procès et la décision d’un arbitre pour forcer l’employeur à offrir un salaire égal pour un travail égal à ses employés à temps partiel. Et même après que la LCBO ait convenu de régler le litige, elle a profité de l’occasion pour demander à l’arbitre de forcer les travailleurs à temps plein à accepter des coupures pour couvrir le coût. »

« Et puis juste la semaine dernière, la première ministre a tenu une conférence de presse et dit aux médias que les travailleurs à temps partiel ont droit à l’égalité salariale. »

Monsieur Thomas a indiqué que ce qui se passe dans les négociations avec la LCBO montrera à quoi on peut vraiment s’en tenir avec les libéraux. »

« Profiteront-ils de l’occasion pour donner l’exemple dans des endroits comme la LCBO, où ils sont patron? », a-t-il demandé.  « Ou, faut-il croire leurs critiques, qui disent que toutes leurs promesses en ce qui concerne l’amélioration de la vie des travailleurs sont des promesses en l’air qui partiront en fumée dès que les élections seront passées? »

« Ces travailleurs sauront bientôt si la première ministre est capable de tenir parole. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas : 613-329-1931; Denise Davis : 905-767-6867