Skip to content
lbed_opseu_french_banner.jpg

Les employés de la LCBO en campagne contre la privatisation à Thunder Bay

Appuyez vos services publics. Achetez à la LCBO. SEFPO
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Thunder Bay – Les membres du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) qui travaillent à la LCBO tiendront leur huitième piquet d'information ce samedi, à Thunder Bay. Ce piquet est organisé dans le cadre de la campagne du syndicat contre l'élargissement de la vente d'alcool aux épiceries.

Date : Samedi 15 octobre 2016
Heure : 13 h – 17 h
Lieu : Devant la succursale n° 616 de la LCBO
969, chemin Fort William (Fort William et Main), Thunder Bay

« Les gens commencent à comprendre, a déclaré Anne Makela, la présidente de la section locale 741. Lorsque nous avons lancé cette campagne, personne ne faisait le lien entre la libéralisation et la privatisation d'un bien public essentiel. De plus en plus de gens se rendent compte aujourd’hui que cette libéralisation de la vente d'alcool n’est rien d’autre qu’une privatisation déguisée. »

Le gouvernement de l'Ontario a commencé la libéralisation et la privatisation de la vente d'alcool avec un minimum de consultation publique. Il y a déjà 60 épiceries qui vendent de la bière et du cidre à travers la province. Cette libéralisation se poursuit puisque 70 épiceries seront autorisées à vendre du vin à compter du 28 octobre.

Les membres du SEFPO et les gens sont préoccupés par l’augmentation des coûts sociaux et économiques liés à la libéralisation et à la privatisation de la vente d'alcool. Lorsque la Colombie-Britannique a élargi la vente d'alcool aux détaillants privés, la province a connu une hausse des coûts liés à l'alcool – services d'urgence, soins de santé, mais aussi services communautaires et application de la loi. Depuis qu’elle a  privatisé la vente d'alcool, l'Alberta est également confrontée aux mêmes coûts et perd des millions de dollars de revenus provinciaux. De plus, la privatisation n'a pas engendré la baisse des prix que le gouvernement avait prévue.

Alors qu’il commentait le franc succès de la campagne du SEFPO contre la privatisation, le président Warren (Smokey) Thomas a souligné le fait que « Les Ontariens sont simplement fatigués des politiques de la première ministre Wynne. »

« Sans faire preuve de la diligence voulue, elle se sert de la libéralisation du marché de l'alcool pour distraire les gens des autres dégâts qu’elle inflige à la province. Je crois que les Ontariens ne sont pas dupes. Sa politique n’est pas fondée sur des données probantes. En fait, elle est même dénuée de tout fondement. Et pire encore, cela pourrait détruire le modèle socialement responsable qui est actuellement en place à la LCBO. »

Renseignements : Anne Makela, 807 626-6444