Skip to content

Assainissons l’air à l’occasion de la Semaine canadienne de l'environnement : Davantage d'arbres, c’est un air plus sain pour tout le monde

Trees just sprouting spring leaves.
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

C’est la Semaine canadienne de l’environnement. Il y a plusieurs années, le gouvernement fédéral a proclamé la Semaine canadienne de l’environnement qui inclut le 5 juin, la Journée mondiale de l’environnement, ainsi que la Journée de l’air pur. La Semaine canadienne de l’environnement inclut également la Journée mondiale des océans, le 8 juin.

Le thème de la Journée mondiale de l’environnement de cette année est la pollution de l’air, un thème qui met en exergue l’importance de la Journée de l’air pur de cette année. Selon l’Organisation des Nations Unies, pas moins de 92 pour cent de la population mondiale respirent de l’air pollué, ce qui coûte cinq billions de dollars à l’économie mondiale en totalité, du traitement des maladies à la perte de productivité.

Plus d’un siècle de pollution de l’air a engendré la crise des changements climatiques. Il ne s’agit pas d’un canular ni de quelque chose qui va disparaître. Mais le gouvernement Ford, qui se moque des changements climatiques, adopte des politiques environnementales totalement absurdes.

Les moulins à parole du gouvernement Ford veulent faire croire aux Ontariennes et Ontariens qu’une bonne politique environnementale alourdirait le déficit provincial, viderait votre portefeuille et détruirait l’économie.  En réalité, les mesures de protection de l’environnement stimulent le marché du travail de nombreuses façons. 

Les investissements dans la recherche et le développement des technologies vertes non seulement créent et protègent des emplois, mais contribuent également à renforcer une économie tournée vers l’avenir. Une bonne politique environnementale protège la santé des travailleurs et accroît la productivité, ce qui stimule l’économie et réduit les coûts des soins de santé.

Le gouvernement Ford a pourtant mis la hache à une multitude de programmes de protection de l’environnement de la province, y compris au programme de plantation de 50 millions d’arbres que le ministère des Richesses naturelles et des Forêts a qualifié de « dépenses frivoles ». Une mesure qui s’est traduite par des suppressions d’emplois et des pertes économiques pour les entreprises impliquées dans le programme et par une aggravation de la qualité de l’air que nous respirons tous.

Tout le monde sait que les arbres absorbent le dioxyde de carbone ainsi que d’autres polluants de l’air et émettent l’oxygène dont nous avons besoin pour survivre et prospérer. Au SEFPO, nous ne pensons pas qu’investir dans des programmes qui purifient l’air est frivole, surtout lorsque ces programmes protègent notre santé et sauvent des vies.

À l’occasion de cette Semaine canadienne de l’environnement, rappelons-nous que l’air que nous respirons joue un rôle essentiel pour préserver la santé de la population et la prospérité de l’économie de l’Ontario.

En toute solidarité,

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO
Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO