Skip to content
news_announcements_french.jpg

Lettre du président Thomas au président de la SL 58 de l'AIESTC concernant le lockout des machinistes

The gate to a chain-link fence is locked with a chain and padlock
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, a envoyé la lettre ouverte suivante à Justin Antheunis, président de la section locale 58 de l’Alliance internationale des employés de scène, de théâtre et de cinéma, afin d’exprimer la solidarité de son syndicat aux machinistes de la section locale.

Le Conseil des gouverneurs du parc des expositions de Toronto (Exhibition Place), qui relève du Conseil municipal de Toronto, a mis en lockout des centaines de machinistes le 22 juillet dernier pour ouvrir la porte à des travailleurs de remplacement non syndiqués.

Le 16 août 2018

Monsieur Justin Antheunis
Président, Section locale 58, Alliance internationale
des employés de scène, de théâtre et de cinéma
511, rue Adelaide ouest
Toronto (Ontario)  M5V 1T4

Cher confrère,

Je tiens par la présente à vous assurer de mon appui personnel sans réserve, de l’appui du Conseil exécutif du SEFPO et de l’appui des 155 000 membres du SEFPO aux machinistes qui cherchent à défendre leur rôle depuis une soixantaine d’années au cœur du parc des expositions de Toronto (Exhibition Place).

Il est honteux que le Conseil des gouverneurs du parc des expositions de Toronto, qui, tous, servent au bon plaisir du maire John Tory, ait décrété despotiquement que les machinistes de la section locale 58 ne travailleraient plus dans ce lieu historique et emblématique de Toronto. C’est de l’antisyndicalisme pur et simple, particulièrement honteux si l’on tient compte du fait que l’employeur appartient au secteur parapublic de la Ville de Toronto.

Le Conseil des gouverneurs préférerait mettre en danger la santé et la sécurité des artistes, du personnel et des visiteurs en recrutant des travailleurs non syndiqués, mal payés et moins qualifiés auprès de sociétés privées. La qualité des spectacles et des expositions risquent d’en pâtir, même si les visiteurs continuent de payer le même prix. Entre temps, les travailleurs hautement qualifiés de la section locale 58 perdront leur gagne-pain.

Les seuls gagnants ici sont les sociétés, leurs actionnaires et leurs amis.

Je suis fier de dire que, lundi dernier, les membres du SEFPO ont marché devant l’hôtel de ville en toute solidarité avec les membres de la section locale 58. Je sais que les membres de l’AIESTC ont soutenu le personnel des collèges représenté par le SEFPO quand ils faisaient le piquet, et j’en suis fort reconnaissant.

Je demande au maire Tory de mettre rapidement fin à ce lockout inutile. Des milliers de visiteurs convergent vers Toronto à l’occasion de l’Exposition nationale canadienne (CNE). Dites au conseiller Grimes de retourner à la table et de régler ce conflit avant que le monde entier n’apprenne que cette ville de « calibre international » a mis en lockout ses employés et amené par autobus des travailleurs de remplacement de l’extérieur de la province pour leur voler leurs emplois. De toute évidence, ce n’est pas un message que Toronto veut disséminer.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario

c. : Son Honneur le maire de Toronto, John Tory
Conseiller Mark Grimes, président, Conseil d’administration du
parc des expositions de Toronto (Exhibition Place)

Cliquez ici pour télécharger un pdf de la lettre