Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Les libéraux n’écoutent pas la population ontarienne en ce qui concerne les priorités budgétaires, selon Monsieur Thomas

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

TORONTO – Le gouvernement libéral de l’Ontario semble se moquer éperdument des priorités de la majorité des Ontariens en ce qui concerne le budget 2016, a déclaré le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario.

« Je parle à des gens ordinaires chaque jour », a dit Warren (Smokey) Thomas au comité budgétaire de l’Assemblée législative aujourd'hui même. « Et ce que je vois est un sérieux écart entre les besoins des Ontariens et les actions du gouvernement. »

Pour preuve, Monsieur Thomas a mentionné le site prébudgétaire du gouvernement, dans lequel ce dernier dit vouloir consulter les Ontariens en ce qui concerne le budget.

« Les Ontariens ont dit qu’ils voulaient que leur gouvernement finance adéquatement les soins de santé et ne privatise pas Hydro One », a-t-il ajouté.  « Et que fait le gouvernement? Il affame les soins de santé publics et privatise Hydro One! »

Selon Monsieur Thomas, il n’y a vraiment pas de quoi être fier d’avoir les dépenses de programmes globales par habitant les plus faibles de toutes les provinces canadiennes.

« Les libéraux se vantent d’avoir les dépenses de programmes les plus faibles, en allant des services correctionnels à la protection de l’environnement et aux collèges », a-t-il encore dit. « Il devrait plutôt avoir honte. Nous devrions chercher à avoir les meilleurs services publics au Canada, pas les moins chers. »

Monsieur Thomas a dit que les PDG qui fréquentent les libéraux, comme l’ancien banquier Ed Clark, par exemple, que Monsieur Thomas a qualifié de « premier ministre suppléant », contrôlent désormais les grandes lignes du budget provincial et continuent d’exiger privatisations, coupures dans les services publics et réductions de l'impôt des sociétés.

« Ça ne peut plus durer », s’est-il plaint. « Le prochain budget doit inclure des augmentations considérables des recettes afin de ressusciter nos services publics. Et ces recettes doivent venir des particuliers et des sociétés qui ont profité si largement de leur position sur le perchoir fixé au-dessus de la chaîne alimentaire. »

Pour plus d'information :
Warren (Smokey) Thomas
613-329-1931