Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Soins de santé et sécurité : Le Comité de leadership et Waypoint

Participez a la conversation #StaySafeBeSafe. SEFPO Local 329
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Au lendemain d’autres attaques contre le personnel du Centre de soins de santé mentale Waypoint, le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) exhorte les autorités de la santé à donner suite aux recommandations du rapport du Comité de leadership pour la prévention de la violence en milieu de travail dans le secteur des soins de santé. Le SEFPO a publié un document pour aider les comités mixtes sur la santé et la sécurité à mettre en œuvre la plupart des recommandations du Comité de leadership.

Le gouvernement de l'Ontario a créé le Comité de leadership en août 2015 afin de trouver des façons de prévenir la violence au travail. En plus de ses 23 recommandations, le comité a souligné le lien critique entre la qualité des soins et la sécurité du personnel soignant. Il a découvert que plus les prestataires de soins se sentaient en sécurité au travail et meilleurs étaient les soins qu’ils prodiguaient à leurs patients.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, s’est imposé au sein du Comité de leadership comme un fervent défenseur des travailleurs de la santé et de leur besoin d’être protégés contre la violence au travail. Le SEFPO a aussi participé à trois ou quatre groupes de travail.

« Il y a deux jours, au Centre Waypoint, un patient violent a agressé trois infirmiers, les envoyant tous trois à l’hôpital », a déclaré Monsieur Thomas. « La semaine dernière, une autre agression avait eu lieu au Centre Waypoint, et quatre travailleurs avaient fini à l’hôpital. Ce serait un euphémisme de dire que cette série d’incidents violents est inacceptable. Tandis que de nombreux emplois s’accompagnent de risques réels, aucun travailleur ne devrait avoir à faire face à ce degré et à cette fréquence d’incidents violents au travail. »

« Le secteur des soins de santé représente moins de 12 pour cent de la main-d'œuvre ontarienne; toutefois, quatre des dix principales professions signalant des actes de violence au travail sont des professions de la santé », a fait remarquer Monsieur Thomas. « Entre temps, les PDG de nombreux hôpitaux et autres établissements de soins de santé continuent de fermer les yeux. »

« Le SEFPO compte 3 300 membres dans le secteur des soins de longue durée et 8 000 membres dans le secteur de la santé mentale. Nous continuerons de faire pression sur le gouvernement et les autorités de la santé afin qu’il donne suite résolument et rapidement aux recommandations du Comité de leadership visant à créer un environnement de travail sûr et sain pour nos travailleurs de la santé, tant au Centre Waypoint que dans les autres établissements des quatre coins de la province.

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931