SEFPO Avis bannière

Les membres de la section locale 294 à Queen's Park pour parler des pratiques de négociation obscures de CarePartners

Près d’une douzaine de membres de la section locale 294 actuellement en grève chez CarePartners se sont rendus à Queen’s Park la semaine dernière pour écouter parler des pratiques de négociation fortement équivoques de l’organisme CarePartners durant la période des questions et les déclarations des députés à Queen’s Park.

Suite au rapport cinglant de la vérificatrice générale sur les CASC, publié la veille, et sachant que Cindy Forster, députée provinciale à Welland, parlerait de la grève des employés de CarePartners devant l’Assemblée législative, les membres de la section locale 294 ont estimé qu’il serait bon d’être à Queen’s Park.

Représentant la section locale 294, nous avions :

  • Erin Warman (présidente de la section locale)
  • Julie Reid
  • Trish Fowler
  • Marian Landry
  • Perry Wong
  • Nellie Wolff
  • Bev Halden
  • Pat McLaren
  • Angela DiPietro
  • Karen Goldhawk
  • Laurie Filson (mobilisatrice)

Les membres du SEFPO étaient dans la tribune quand Cindy Forster a présenté les membres de la section locale 294 à la Chambre par leur nom, sous les applaudissements des députés provinciaux.

Cindy Forster a posé des questions sur CarePartners, le rapport des CASC et l’article de négociation concernant le Régime de retraite de la province de l’Ontario. 

Voici les propos qui ont été échangés pendant la période des questions :

Madame Cindy Forster : Ma question s’adresse à la première ministre par intérim. Hier, nous avons appris que le rapport de la vérificatrice générale concernait les CASC et les 1,5 milliard de dollars publics (62 % des fonds versés en 2014) qui étaient allés, dans un système public, à des fournisseurs de services de soins à domicile privés et à but lucratif de la trempe de CarePartners, à Welland et Norfolk. CarePartners continue de recevoir sa part du gâteau, même si cela fait six mois que son personnel de première ligne, dont les tâches vont des soins des plaies aux traitements par dialyse, est en grève et cherche à obtenir une convention collective depuis six mois.

La première ministre par intérim va-t-elle dire aux travailleurs de première ligne et infirmières présents ici aujourd’hui pourquoi on les a laissés sur la rue et empêchés de fournir des soins aux milliers de patients de la région de Niagara et Norfolk, tandis que le gouvernement continue de verser de l’argent à CarePartners pour qu’il puisse payer des gens qui prennent leurs emplois?

Honorable Deborah Matthews : Au ministre de la Santé et des Soins de longue durée.

Honorable Eric Hoskins : Je vous remercie de votre question et je suis heureux de voir qu’il y a des membres de la profession infirmière ici aujourd’hui…

Interpellation : Et des préposés aux services de soutien à la personne.

Honorable Eric Hoskins : Oui, et des préposés aux services de soutien à la personne. Merci de le rappeler.

Je vous remercie pour le travail que vous accomplissez jour après jour auprès des Ontariens. Nous l’apprécions et nous le respectons.

Monsieur le président, j’ai eu l’occasion il y a quelques semaines de rencontrer le président du SEFPO, Smokey Thomas, ainsi que des représentants de ces mêmes infirmières et travailleurs de première ligne dont la députée d’en face nous parle. Après une discussion conséquente, j’ai mieux compris les défis auxquels se heurte ce personnel dans ses négociations avec CarePartners. Ainsi, et même avant cela, nous avons imploré et demandé aux deux parties, mais plus spécifiquement à CarePartners, de retourner à la table et de travailler d’arrache-pied avec le SEFPO, l’agent négociateur représentant ces travailleurs de la santé de première ligne, afin de résoudre les problèmes restants.

Le président (Honorable Dave Levac) : Question complémentaire?

Madame Cindy Forster : La semaine dernière, le Comité de négociation du SEFPO est retourné à la table de négociation dans le but de mettre fin à cette grève. Le négociateur de CarePartners, un négociateur bien connu et bien payé, qui sert actuellement de négociateur dans le cadre des négociations de la FPO avec le gouvernement libéral, a déposé une toute nouvelle proposition demandant que tout coût ajouté par le RRPO pour la mise en œuvre de ce régime par CarePartners soit entièrement pris en charge par ces travailleurs de première ligne.

Devant les préposés aux soins à domicile et les professionnels de la santé qui sont présents ici aujourd’hui, la première ministre par intérim va-t-elle s’engager à exiger de CarePartners qu’il retire immédiatement cette revendication absolument monstrueuse, négocie une convention collective avec sérieux et en toute bonne foi, ou à faire en sorte que CarePartners ne reçoive plus d’argent.

Interpellations.

Le président (Honorable Dave Levac) : Asseyez-vous s’il vous plaît. Merci. Ministre?

Honorable Eric Hoskins : Je sais que la tierce partie reconnaît, tout comme moi, que nous ne devrions pas négocier ou parler des détails de la négociation en public, et certainement pas à l’Assemblée législative. Je crois que nous savons aussi que les partenaires, tant CarePartners que les travailleurs de première ligne, fort bien représentés par le SEFPO, doivent retourner à la table pour négocier sérieusement et résoudre cette situation qui traîne.

En tant que gouvernement, nous voulons assurer que les soins prodigués soient de qualité optimale. Je sais que le ministère du Travail a également mis des médiateurs à la disposition des parties, au besoin. Comme je l’ai dit plus tôt, j’ai rencontré le SEFPO et les travailleurs de première ligne il y a juste environ deux semaines. Je surveille de très près ce qui se passe. Nous ne sommes pas directement impliqués dans les négociations. Le syndicat est prêt à aider. Nous voulons voir la situation résolue autant que vous.

Après la période des questions, les membres de la section locale ont rencontré France Gélinas, porte-parole du parti néo-démocrate en matière de santé.  Le groupe est ensuite retourné à la Chambre pour la déclaration de Cindy Forster.

Cindy Forster : Je suis fière d’être ici aujourd’hui pour me rallier aux professionnels des soins de santé membres de la section locale 294 du SEFPO, présents dans la tribune; 140 membres de cette section locale, des infirmières communautaires, fournissent des soins au domicile de leurs patients, à Norfolk et Niagara, allant des soins des plaies à la chimiothérapie et à la dialyse. Pourtant, ces travailleurs sont en grève depuis six mois, une grève forcée par l’employeur, CarePartners, et tentent de négocier une convention collective depuis plus de deux ans. Ce personnel infirmier dévoué et efficace desservait plus de 1 400 patients, et ce sont eux qui souffrent le plus de cette grève.

Moi-même ancienne infirmière, je me suis jointe à eux sur le piquet et j’ai écrit au ministre de la Santé. Mais à date, aucune mesure n’a été prise par son cabinet.

Aujourd’hui, une journée après la publication du rapport de la vérificatrice générale – la vérificatrice générale a publié son rapport sur les CASC – je demande à CarePartners de retourner à la table. Son rapport fait état de graves problèmes dans le système, avec des dirigeants qui s’accordent des augmentations d’autant que 27 % tandis que les travailleurs de première ligne font le piquet.

Il est temps que le gouvernement commence à penser aux patients vulnérables qui continuent de souffrir à cause de la mauvaise foi de l’employeur et de cette grève. La profession est fort respectée et je ne crois pas que ces travailleurs devraient se trouver sur une ligne de piquetage. Ils doivent être là où ils font leur travail le mieux, soit auprès de leurs patients.

Les membres de la section locale 294 à Queen’s Park :

Local 294 members at Queen's Park