Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Des pressions qui mériteraient la démission de la ministre MacLeod

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Lisa MacLeod, ministre des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires, devrait démissionner immédiatement pour avoir tenté de pousser un organisme à soutenir publiquement les changements annoncés par le gouvernement Ford en ce qui concerne les services liés à l’autisme, a dit jeudi le président du SEFPO.

« Je ne peux vous dire combien je suis déçu », a déclaré M. Thomas.  « C’est déjà assez triste qu’elle soit devenue ministre de la méchanceté, mais qu’elle en arrive à intimider des gens pour se faire complice de M. Ford dans son attaque contre les enfants autistes, c’est dur à croire. »

Monsieur Thomas est scandalisé d’avoir entendu dire que Mme MacLeod et son personnel auraient exigé de l’Ontario Association for Behaviour Analysis qu’elle fournisse une déclaration à l’appui des réductions annoncées par M. Ford au niveau des services liés à l’autisme.

L’association se serait fait dire que si elle ne se pliait pas à cette demande, elle ferait face à « quatre longues années ».

Monsieur Thomas a dit que le gouvernement Ford était tombé encore plus bas en accentuant les pressions contre des experts de première ligne afin qu’ils lui fournissent des platitudes.

« Je croyais avoir tout vu, mais un gouvernement qui recourt à l’extorsion pour qu’on l’appuie dans ses décisions politiques cruelles? C’est pire que tout », a-t-il ajouté.

Monsieur Thomas exige une enquête publique pour tirer les choses au clair relativement à l’ordre de Mme MacLeod de faire pression auprès des analystes comportementaux pour soutenir M. Ford.

Le président Thomas a fait remarquer que Doug Ford se plaignait des jeunes autistes déjà longtemps avant de devenir premier ministre.  Des rapports publiés indiquent que lorsque M. Ford était au conseil de Toronto, en 2014, il avait dit qu’un foyer de groupe pour jeunes autistes avait « ruiné » un quartier dans sa circonscription.

« L’attitude « pas dans mon quartier » de M. Ford à l’égard des enfants qui souffrent d’autisme aurait-elle influencé sa décision mesquine de réduire ces services? Aurait-il ordonné à sa ministre d’intimider des groupes afin qu’ils soutiennent ses compressions cruelles?  Le bureau du premier ministre a des choses à expliquer », a encore dit M. Thomas.

Les membres de première ligne du SEFPO fournissent de l’aide directe aux enfants souffrant d’autisme, les aidant à vivre une vie productive. Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO, a dit que les compressions du gouvernement Ford rendent beaucoup plus difficile de répondre aux besoins des enfants.

« Si M. Ford ne met pas fin à sa tyrannie et continue d’ignorer les travailleurs de première ligne, le SEFPO lui promet quatre longues années, à lui et à ses députés », a mentionné M. Almeida.

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931