Communiqués bannière

Madame Matthews aux services correctionnels du SEFPO : Il n'y a plus d'argent

LONDON – Deb Matthews, présidente du Conseil du Trésor, a jusqu’à maintenant refusé de revoir sa position en ce qui concerne les fonds d’urgence visant à résoudre les problèmes de surpopulation et de manque de personnel qui continuent de sévir dans notre système correctionnel en Ontario.

C'est le message que communique aujourd’hui le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, après une visite de trois heures au Centre de détention Elgin-Middlesex (CDEM) de London avec Madame Matthews.

« S’est-elle engagée à dépenser plus pour aborder les problèmes de surpopulation et de manque de personne? », a dit Monsieur Thomas aux journalistes après la visite. « Non. »

« Continuerons-nous de faire pression sur elle? » « Absolument. »

« La crise se poursuit dans les services correctionnels. J’espérais que notre rencontre aujourd’hui, ainsi que la visite du bâtiment, la ferait changer d’idée. Je l’ai dit clairement à Madame Matthews, nous nous battrons avec ferveur pour faire en sorte qu’on trouve l’argent qui permettra de résoudre la crise qui sévit actuellement dans les services correctionnels », a ajouté Thomas.

Le SEFPO représente plus de 6 000 agents correctionnels et agents de probation et libération conditionnelle dans la province.

En tant que présidente du Conseil du Trésor, Madame Matthews a l’autorité de recommander au cabinet un financement d’urgence en cas de crise dans la province.  Le SEFPO lui a demandé d’engager 100 millions de dollars à la résolution d’une gamme de problèmes auxquels fait face le système pénitentiaire en Ontario, notamment la surpopulation, le manque de personnel et le manque de programmes de réhabilitation à l’intention des détenus qui ont des problèmes de santé mentale et de toxicomanie. Les agents correctionnels demandent aussi des améliorations au niveau des processus de formation, des normes de sécurité plus strictes et des rénovations à l’infrastructure physique des établissements. Le budget de la semaine dernière ne prévoyait pas d’argent nouveau pour le système correctionnel.

Monsieur Thomas a dit que Madame Matthews reconnaissait que les relations de travail au Centre de détention Elgin-Middlesex s’étaient gravement détériorées et qu’elle travaillerait à y apporter des améliorations. Les dirigeants de la section locale 108 du SEFPO ont démissionné en guise de protestation contre les tactiques de l’employeur contre les dirigeants syndicaux. « Parmi les 500 contrats que nous négocions, je dirais que les relations de travail au CDEM sont absolument les pires », a dit Monsieur Thomas.

Monsieur Thomas et Madame Matthews ont visité l’établissement avec des représentants de la Société Elizabeth Fry locale et de la Société John Howard. Monsieur Thomas les a félicité d’avoir dit à Madame Matthews que les problèmes à l’intérieur de la prison commençait dans la communauté, à l’extérieur des portes de sécurité.

« On ne prête pas assez d’attention aux problèmes d’infrastructure humaine qui commencent à l’extérieur des portes du système de justice pénale », a déclaré Monsieur Thomas. « À ce propos, Madame Matthews semblait d'accord que c'est un problème qui a besoin de plus d’attention. »

Pour plus d'information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931

Connexe : Page d’index Services correctionnels en état de crise

 

Related News