Skip to content
news_notices_french.jpg

Le 1er mai 2021 : la lutte pour un Ontario meilleur se poursuit

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas and First Vice-President/Treasurer Eduardo (Eddy) Almeida
Facebook
Twitter
Email

Le 1er mai, les travailleuses et travailleurs du monde entier célèbrent chaque année la Journée internationale des travailleurs. Pour de nombreux travailleurs, le 1er mai est l’occasion de célébrer les réalisations du mouvement syndical, comme l’amélioration des normes d’emploi, la législation sur la santé et la sécurité au travail et la sécurité de la vieillesse.

Né de la lutte pour la journée de travail de huit heures, le 1er mai est devenu la fête mondiale des travailleurs et le symbole de la force et de la solidarité du mouvement syndical.

Ici, à l’OPSEU/SEFPO, nous sommes profondément fiers de l’histoire de notre propre syndicat et de la puissante machine que nous avons construite.

Nous sommes fiers de notre bilan en matière de négociation, de campagne et d’organisation. Mentionnons par exemple notre campagne de syndicalisation de 2018 qui a permis à 20 000 membres du personnel de soutien à temps partiel des collèges de se joindre à notre famille syndicale. Il s’agissait de la plus importante campagne de syndicalisation de l’histoire du Canada.

Nous sommes également fiers de notre réponse à la pandémie COVID-19 – exigeant et obtenant de meilleurs ÉPI et une meilleure protection et rémunération pour nos membres héroïques en première ligne.

Mais bien que des progrès significatifs aient été réalisés et qu’il y ait beaucoup à célébrer, nous devons également reconnaître que la lutte se poursuit : pour une meilleure santé et sécurité au travail, pour des salaires décents, des conditions de travail et des congés de maladie payés qui doivent se prolonger au-delà de la crise actuelle.

Nous sommes en 2021 et nous vivons dans l’une des provinces les plus riches, dans l’un des pays les plus riches de la planète. Et pourtant, en plein milieu d’une pandémie mondiale, de nombreux travailleurs essentiels de première ligne n’avaient pas droit à des congés de maladie payés avant cette semaine. Il ne fait aucun doute que c’est une victoire importante. Mais on a aggravé la crise sanitaire en forçant les travailleurs de première ligne à choisir entre payer leur facture d’électricité ou rester à la maison pour aider à arrêter la propagation de la COVID-19.

C’est pourquoi l’OPSEU/SEFPO et l’ensemble du mouvement syndical ont fait pression pour que l’Ontario ait son propre programme de congés de maladie payés.  Le gouvernement de l’Ontario a répondu récemment en accordant trois jours de congé de maladie payés, et c’est un bon début. Nous devons aller plus loin si nous voulons assurer la sécurité de toute la population ontarienne. Et pour l’avenir, nous avons besoin de planification et de solutions à long terme.

Parce que la COVID-19 n’a pas créé les profondes fractures et inégalités qui existent en Ontario – elle les a juste mises en lumière. Elle a nous montré à quel point les travailleurs de première ligne sont vulnérables, en particulier les femmes et les personnes racialisées qui sont affectées de manière disproportionnée par la pandémie. Elle nous a montré que nous devons faire mieux.

Elle nous a également montré que les travailleurs du secteur public et les services publics qu’ils dispensent sont précieux pour bâtir une province sécuritaire et prospère. C’est la raison pour laquelle les solutions qui serviront à poser les fondations de la reprise se trouvent dans le secteur public – notamment par des soins de santé de haute qualité.

En ce 1er mai, renouvelons notre engagement de bâtir un Ontario meilleur et plus sécuritaire, avec des services publics forts et soutenus, des congés de maladie payés permanents et enchâssés dans la loi et où tous les travailleurs sont respectés.

Les héros méritent mieux. Ensemble, nous pouvons y parvenir.

En toute solidarité,

Warren (Smokey) Thomas
Président de l’OPSEU/SEFPO

Eduardo (Eddy) Almeida
Premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO