Santé et sécurité bannière

Nos membres marquent le Jour de deuil avec tristesse et avec fierté

OPSEU / SEFPO flag
Facebook
Twitter
Email

Un message de l’Unité de la santé et de la sécurité du SEFPO

Une fois de plus, nous arrivons au 28 avril, le Jour de deuil national. En cette journée, les travailleurs, syndicats, familles, organismes et partenaires communautaires se souviennent de ceux et celles qui ont perdu la vie ou qui ont été gravement blessés dans le cours de leur emploi. Les dangers en milieu de travail ne sont pas toujours apparents. L’horrible tribut prélevé par les maladies professionnelles n’est pas toujours lié à des milieux de travail dangereux. Les décès de travailleurs continuent de passer en grande partie inaperçus, sauf bien sûr pour la famille survivante, les amis et les collègues.

Le manque de reconnaissance du fait que les blessures, décès et maladies professionnelles sont liés au travail provoque un effet domino : les travailleurs ne sont pas indemnisés et les gouvernements et lieux de travail ne sont pas motivés pour prévenir les situations dangereuses. Les dangers et les toxines en milieu de travail continuent d’être ignorés et de tuer et estropier d’autres travailleurs. Le travail devrait promouvoir la dignité et être bon et sûr pour la santé, pas entraîner la mort ou des blessures et maladies débilitantes.

Les membres du SEFPO marquent cette journée avec tristesse et fierté : tristesse, en raison des nombreux décès, blessures et maladies qui auraient pu être prévenus, et qui continuent de frapper les travailleurs; et fierté, parce que les membres du SEFPO contribuent à rendre les milieux de travail plus sûrs en participant aux luttes des travailleurs, en jouant des rôles de leadership au niveau de leur section locale, de représentants en matière de santé et de sécurité et de membres de comités mixtes sur la santé et la sécurité.

Cette année, on a vu l’adoption d’une loi qui permet l’indemnisation automatique de certains travailleurs qui souffrent d’un état de stress post-traumatique, et un projet de loi a été déposé pour reconnaître le Jour de deuil en mettant les drapeaux en berne. Partout à travers le Canada, on demande d’interdire les produits de l'amiante. Ce sont des étapes vers notre objectif véritable de prévenir les préjudices pour tous les travailleurs.

Nous utilisons le Jour de deuil national pour renouveler nos efforts visant à obtenir des milieux de travail plus sains et plus sûrs et à rendre justice à tous les travailleurs décédés et blessés. Malheureusement, l’appât du gain l’emporte souvent sur le besoin d’investir des ressources dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail. Et l’indifférence du gouvernement condamne les travailleurs à une vie entière d’exposition à des dangers qui entraînent encore d’horribles blessures et des décès. Nous n’acceptons pas cela comme une réalité et nous poursuivons nos efforts en vue de milieux de travail sains et sûrs. Nous le faisons en protégeant nos droits durement gagnés et en réitérant nos appels pour une application plus sévère des lois sur la santé et la sécurité au travail; en créant et adoptant des règlements et normes d'ergonomie pour la formation légalement autorisée; et en mettant sur pied une stratégie provinciale pour aborder l'épidémie de maladies professionnelles.

Ainsi, le 28 avril, plus de cent ans après le 28 avril 1914, alors que le Canada adoptait sa première loi pour indemniser les travailleurs blessés au travail, nous reconnaissons le travail qu’il reste à faire pour faire en sorte que les travailleurs puissent aller au travail et rentrer chez eux en vie et en bonne santé.

Nous vous encourageons à assister à une activité du Jour de deuil dans votre région. Cliquez ici pour obtenir une liste des endroits.