Skip to content

Message du SEFPO au sujet de la prime liée à la pandémie annoncée par le gouvernement provincial

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Durant la fin de semaine, le gouvernement de l’Ontario a annoncé un complément salarial temporaire lié à la pandémie de quatre dollars de l’heure pour certains travailleurs qui occupent un emploi de première ligne et sont potentiellement exposés à la COVID-19.

Nous félicitons le premier ministre Ford et le premier ministre Trudeau pour ce geste qui reconnaît les risques que courent nombre de nos membres sur la ligne de front en continuant à faire leur travail.

Le SEFPO fait le suivi avec le gouvernement afin de savoir qui aura droit à ce complément salarial. Voici ce que nous savons jusqu’à présent sur le critère à double volet sur lequel se fonde l’admissibilité à la prime liée à la pandémie. Elle s’applique aux : 

  • personnes dans des locaux d’hébergement en commun
  • employés de première ligne qui travaillent auprès de personnes vulnérables

Un petit nombre d’entre vous ont communiqué avec nous pour savoir s’ils recevraient la prime liée à la pandémie ou si le SEFPO travaillait pour qu’ils puissent y avoir droit. Il est important de comprendre que c’est le gouvernement qui a déterminé le critère d’admissibilité à la prime liée à la pandémie – ce n’est pas le critère du SEFPO.

Nous déployons tous nos efforts pour défendre l’équité dans cette initiative, mais la réalité est que tous les travailleurs de première ligne ne rempliront pas le critère à double volet fixé par le gouvernement.

Depuis le début de cette pandémie, la priorité du SEFPO a été d’assurer la sécurité, de sauver l’emploi de nos membres et de procurer les soins à nos clients.

De nombreux employeurs nous ont écouté et ont coopéré, alors que d’autres nous ont obligés à agir et à les couvrir de honte publiquement. Nous avons fait de grands progrès pour contraindre les employeurs à faire ce qui est nécessaire pour assurer la sécurité de nos membres et la continuité du service. Nous poursuivrons nos efforts dans cette direction.

Il est également important de rappeler que la pandémie ne nous donne pas la possibilité d’ouvrir les conventions collectives pour augmenter les salaires. Nous ne sommes pas en période de négociation.  De plus, nous ne voudrions pas que le gouvernement ait la possibilité de compenser cette augmentation salariale, comme certains le lui ont conseillé, en réduisant le salaire de quatre dollars des travailleurs jugés non essentiels ou qui ont été envoyés à la maison.

Nous comprenons vos inquiétudes et nous vous remercions de votre appui continu pour passer au travers de cette crise. Je suis fier de notre syndicat et du travail que vous faites. Nous faisons clairement la preuve que les services publics de qualité doivent être là pour les gens, et non pas pour le profit. Soyez assurés que votre travail est apprécié et sera reconnu comme il se doit à l’avenir. Les gens en sont conscients et ne l’oublieront pas. Nous y veillerons.

Nous luttons contre cette pandémie tous ensemble et nous en sortirons plus forts que nous ne l’avons jamais été. Tous les Ontariens et Ontariennes sont fiers de vous.

En toute solidarité,
Warren (Smokey) Thomas