Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Des détecteurs de métaux pourraient sauver des vies à Waypoint, selon le SEFPO

OPSEU Local 329 #StaySafeBeSafe
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Penetanguishene – Le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario demande au Centre de soins de santé mentale Waypoint d’installer des portiques de détection des objets métalliques dans tous ses quartiers et zones de programmation. Cette mesure permettrait d’améliorer la sécurité des travailleurs et pourraient sauver des vies.

L’unité médico-légale provinciale du Centre Waypoint loge un grand nombre de personnes qui ont commis des crimes graves, que l’on a jugées ne pas être criminellement responsables ou être inaptes à subir un procès dans un tribunal. En ce moment, les patients ont accès à des objets ordinaires qui peuvent leur servir d’armes contre le personnel. Certains de ces objets sont facilement disponibles dans et contre les murs des chambres de patients.

« Nous avons vu des patients démolir leurs chambres et utiliser des matériaux de construction comme des renforts d’angle et même des porte-serviettes pour fabriquer des armes de toutes sortes », a déclaré Pete Sheehan, le président de la section locale 329. « Un autre patient a réussi à sortir un tournevis de la zone du programme des services de réadaptation professionnelle, à l’apporter jusqu’à son quartier et à l’utiliser pour poignarder un de nos travailleurs. Si nous avions eu un détecteur de métal dans le quartier, ce travailleur ne serait pas tombé victime d’une attaque si horrible. »

Le SEFPO est en pleine campagne de sensibilisation sur les dangers auxquels font face les travailleurs de Waypoint. Une série d’annonces radio sont diffusées sur Rock 95, à Barrie, et sur KICX 106, à Orillia, et une nouvelle annonce pleine page paraîtra dans le Midland Mirror cette semaine. En outre, le SEFPO a produit une série de vidéos appelées Through the shadows, qui couvrent les préoccupations en matière de santé et de sécurité des travailleurs à Waypoint.

« Nous ne demandons rien d’extraordinaire ici », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, qui a travaillé dans le secteur de soins de santé mentale presque toute sa vie adulte. 

« Le Centre Waypoint est un établissement à sécurité maximale et l’employeur a l’obligation légale de protéger ses travailleurs. Nous osons espérer que la direction réalise qu’elle doit répondre à toutes nos demandes en matière de sécurité, et le faire rapidement, avant qu’une autre tragédie évitable se produise. »

Pour plus d’information, communiquez avec Pete Sheehan au 1-705-209-9050.