Skip to content
news_opseu_french_banner.jpg

Milloy doit intervenir auprès des collèges pour faire respecter le droit à la syndicalisation des travailleurs des collèges

(TORONTO) – Usant de l'autorité législative qui lui a été investie, le ministre de la Formation et des Collèges et Universités pourrait mettre fin à un conflit de travail à la Commission des relations de travail de l'Ontario qui empêche plus de 9 000 travailleurs à temps partiel des collèges communautaires de se joindre à un syndicat, a dit aujourd'hui le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario.

« Je demande publiquement au premier ministre et au ministre John Milloy d'ordonner à la direction des collèges communautaires de l'Ontario de retirer leur opposition exagérée et coûteuse à la volonté de leurs propres employés d'adhérer à un syndicat », a déclaré Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO, dans le cadre d'une conférence de presse à Queen's Park.

« Ils devraient le faire non seulement parce qu'ils ont l'autorité législative de le faire, mais, plus important encore, parce que, en tant qu'agents de la Couronne élus, c'est de leur devoir de faire avancer le droit démocratique des travailleurs d'adhérer à un syndicat. »

En 2008, le gouvernement McGuinty avait amendé la Loi sur la négociation collective dans les collèges afin de permettre aux employés à temps partiel des collèges communautaires de s'organiser et de participer à la négociation collective – un droit refusé à cette catégorie de travailleurs depuis plus de 30 ans.

Dans le cadre de la campagne de syndicalisation subséquente, plus de 9 400 employés à temps partiel ont signé des cartes d'adhésion au SEFPO. Mais le comptage de ces cartes a été retardé par une série de contestations élevées par la direction à la CRTO. En novembre dernier, l'Organisation internationale du travail, un organisme des Nations unies, est intervenue publiquement et a instamment recommandé au gouvernement McGuinty d'essayer de conclure une entente avec le SEFPO pour résoudre ce conflit 

Rosario Marchese, porte-parole néo-démocrate, qui s'est joint au président du SEFPO à la conférence de presse plus tôt aujourd'hui, a fait remarquer que le gouvernement McGuinty avait pris d'une main pour reprendre de l'autre.

« Vous ne pouvez pas adopter une loi qui permet à un groupe de travailleurs d'adhérer à un syndicat pour ensuite fermer les yeux sur deux années de lutte de ces mêmes travailleurs contre les manœuvres dilatoires de l'employeur », a déclaré Rosario Marchese, qui abordait la question aujourd'hui pendant la période des questions à l'Assemblée législative de l'Ontario.

« Le gouvernement doit intervenir, compter les bulletins de vote et laisser la démocratie suivre son cours. »

Renseignements :

Greg Hamara
Affaires publiques et Communications
Cell. : 647-238-9933
Bureau : 1-800-268-7376