Communiqués bannière

Services correctionnels : Le ministère du Travail fixe le délai de grève au 10 janvier

TORONTO – Les travailleurs des Services correctionnels de l’Ontario seront en position légale de grève ou de lockout dès 00 h 01 le 10 janvier 2016.

Le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario a confirmé que le ministère du Travail de l’Ontario avait émis un rapport recommandant de ne pas instituer de commission de conciliation (rapport « No Board ») aujourd’hui même dans le cadre des négociations entre le gouvernement provincial et les membres du SEFPO qui font partie de l’Unité de négociation des Services correctionnels de la Fonction publique de l'Ontario. En vertu des lois provinciales, le délai de grève ou de lockout tombe le 17e jour qui suit l’envoi de ce rapport.

Aucune négociation n’est prévue entre le SEFPO et le gouvernement, mais l’équipe de négociation syndicale « continue d’espérer que l’employeur reprendra ses esprits et décidera de négocier sérieusement avant le délai de grève », a dit le président de l’équipe de négociation du SEFPO, Monsieur Tom O’Neill.

« Les Services correctionnels sont en état de crise, c’est un fait », a ajouté Monsieur O’Neill. « Et on ne peut s’attendre à une résolution tant que l’employeur ne montre pas le respect qu’il se doit de montrer aux travailleurs de première ligne qui mettent leur santé et leur sécurité en danger chaque jour. »

L’éventualité d’une grève suit le vote de 67 pour cent des membres de l’unité de négociation en faveur du rejet d’un accord de principe signé à la fin du mois de novembre.

« Nos membres sont résolus à être traités avec équité et ils feront ce qu’il faut pour y arriver, grève incluse », a encore dit Monsieur O’Neill. « C’est certainement plus sûr que d’aller travailler. »

Le SEFPO représente quelque 6 000 travailleurs correctionnels au sein de la Fonction publique de l'Ontario. Ils travaillent dans des établissements correctionnels et dans des bureaux de probation et de libération conditionnelle partout à travers la province.

Pour plus d'information :
Tom O’Neill
(613) 378-0334

Connexe : Page d’index Services correctionnels en état de crise