Skip to content
news_press_releases_french.jpg

L’ajout d’agents est un bon début pour faire face à la crise au sein du système correctionnel, dit Monsieur Thomas

TORONTO – Le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario applaudit le gouvernement pour son plan, annoncé aujourd’hui, d’embaucher 2 000 agents correctionnels sur une période de trois ans. Warren (Smokey) Thomas a dit qu’il était « soulagé » que le gouvernement fasse enfin quelque chose pour freiner l’escalade de la crise dans les services correctionnels.

« Jusqu’à présent, les libéraux ont ignoré nos avertissements au sujet de cette crise, qui a atteint un point critique depuis notre premier avertissement, lancé il y a six ans, après que [l’ancien premier ministre] Dalton McGuinty ait décidé d’imposer un gel d’embauche sur les agents correctionnels.

Il faut reconnaître que le ministre des Services correctionnels, Yasir Naqvi, avait accepté mon invitation à visiter certains de nos établissements pénitentiaires. Je crois qu’il a été choqué de voir dans quelles conditions déplorables les détenus vivent et les agents correctionnels travaillent. De toute évidence, il fallait faire quelque chose, et le faire vite. »

L’embauche de 2 000 nouveaux agents aux premières lignes s’accompagne de questions et de défis, nous dit Monsieur Thomas.

« J’ai beaucoup de questions à propos de cette annonce », a-t-il ajouté. « Ces nouveaux employés seront-ils permanents à temps plein ou occasionnels? A-t-on prévu de l’aide financière pour les candidats qui veulent suivre le programme de formation? Les nouveaux agents seront-ils formés pour prendre soin des détenus qui ont des problèmes de santé mentale? »

Monsieur Thomas a demandé au ministre Naqvi de créer un comité interministériel, formé de représentants des Services à l’enfance et à la jeunesse, du ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels et du ministère de la Santé et des Soins de longue durée, afin qu’ils examinent de près les services de santé mentale et les façons de sortir du système judiciaire les gens qui ont une maladie mentale.

Monsieur Thomas a déclaré que l’annonce faite aujourd’hui, bien qu’elle soit la bienvenue, ne mettrait pas, à elle seule, fin à la crise dans les services correctionnels.

« Les établissements de toute la province sont vieux et pleins à craquer », a-t-il encore dit. « De grosses réparations sont nécessaires, nous avons besoin d’équipement moderne et d’augmenter la capacité. Ça va prendre de l'argent, de l'argent que je ne vois prévu nulle part dans le budget provincial 2016. »

Pour plus d'information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931

Connexe : Page d’index Services correctionnels en état de crise