Skip to content
pwc_opseu_french_banner.jpg

Plus qu'une manifestation : la Marche des femmes sur Washington

Women's March on Washington
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

On s’attend à ce que des centaines de milliers de militants et citoyens ordinaires participent à la Marche des femmes sur Washington à l’esplanade nationale (National Mall) le lendemain de l’investiture de Donald Trump, le nouveau président des États-Unis. Le Comité provincial des femmes du SEFPO (CPF) encourage tous les membres à participer à la marche ou à d’autres marches organisées en Ontario.

La Marche des femmes sur Washington donne suite à l’augmentation sans précédent d’actes de discrimination et de haine coïncidant avec la campagne présidentielle américaine de 2016. Ceux-ci comprennent un nombre accru d’incidents de violence et de déclarations virulentes contre l’immigration et contre les musulmans survenus et entendus durant la campagne présidentielle. Donald Trump, président élu, n’a pas seulement insulté et diabolisé les communautés racialisées et d’autres communautés, mais il a aussi minimisé le problème de la violence faite aux femmes, le qualifiant de « pas plus qu’une discussion de vestiaire », et a critiqué les organisations offrant des services de soins de santé en matière de reproduction et d’avortement aux femmes.

Lors d’un récent rassemblement politique devant l’Assemblée législative de l’Alberta, les manifestants conservateurs ont adopté le discours offensif de Donald Trump pour condamner la première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, en criant le slogan abusif « enfermez-la ». Le candidat conservateur Chris Alexander était présent au rassemblement et semblait visiblement être du côté des manifestants. Entre temps, la députée conservatrice Kellie Leitch a proposé un « test de valeurs anti-canadiennes », un test emprunté de Monsieur Trump de pureté idéologique discriminatoire visant les communautés musulmanes et d’immigrants.

Mais la Marche des femmes sur Washington n’est pas une marche anti-Trump. La marche vise à afficher unité et solidarité en mobilisant les gens de façon massive à travers le monde pour aller à l’encontre de l’érosion croissante des droits économiques et humains fondamentaux de la femme. À cette fin, le Comité provincial des femmes du SEFPO et le Conseil exécutif du SEFPO appuient la marche sans ambiguïté. À ce jour, plus de 250 rassemblements et manifestations connexes ont été organisées dans plus de 60 villes.

Cette marche nous renvoie à la Marche de Washington de 1963 pour les emplois et la liberté, à laquelle Martin Luther King Jr avait prononcé son célèbre discours « I have a dream » (J’ai un rêve). La marche de 1963 avait créé un précédent dans l'évolution rapide du mouvement des droits civils, lequel avait conduit à l’adoption de la Loi relative aux droits civils et à la clause sur les pratiques justes en matière d’emploi qui avait mis fin aux lois de Jim Crow (tels que sur la ségrégation dans les écoles et les logements) et conféré des protections aux travailleurs contre la discrimination fondée sur la race, la croyance, l’origine nationale et le sexe. La Marche sur Washington pour les emplois et la liberté n’avait pas seulement rattaché son mandat à un ensemble plus vaste d’objectifs tels que l'élimination de la pauvreté et la réforme de l’économie, elle a aussi inspiré un vaste mouvement qui a donné naissance à de nombreuses autres manifestations dans les générations qui suivirent — des quatre marches sur Washington pour les droits des LGBTTIHQB à la récente manifestation pro-choix, Marche pour la vie des femmes.

«  Ce ne sont pas nos différences qui nous séparent.  C’est notre incapacité à reconnaître, accepter, et célébrer ces différences. » 
— Audre Lorde

Vu l’ampleur qu’a pris la campagne pour la Marche des femmes sur Washington, les organisateurs ont également été mis au défi d'élargir leur mandat pour rendre hommage au rêve de Martin Luther King et à ceux et celles qui luttent pour défendre les Noirs, les LGBTTIHQB et bien d’autres. Face à ces défis, les organisateurs ont modifié l’objectif de la marche, qui consistait à relier les droits des femmes aux droits de la personne, en mettant plus particulièrement l’accent sur les droits humains des femmes racialisées, sans papiers et immigrantes. En ce faisant, les organisateurs rendent explicitement hommage à l’esprit et au patrimoine d’Audre Lorde : «  Ce ne sont pas nos différences qui nous séparent. C’est notre incapacité à reconnaître, accepter, et célébrer ces différences. »

La Marche des femmes vise aussi à répondre à des objectifs à plus long terme, soit celui d’agir à titre de catalyseur du changement social et économique et celui de s’engager dans des questions plus profondes sur l’avenir du mouvement des femmes. Ainsi, la Marche des femmes a dû faire face à des questions de racisme, de capacitisme, d’homophobie et de transphobie. Les organisateurs ont dû élargir l’objectif de la marche pour y incorporer la protection au travail, l’augmentation du salaire minimum et les défis liés à la loi sur l’immigration et aux politiques policières injustes, des questions qui sont particulièrement pertinentes aux vies et expériences des travailleurs domestiques et des immigrants sans papier. La Marche des femmes vise à inspirer et soutenir un mouvement, et elle s’efforce de le faire en collaborant avec les communautés et les femmes les plus marginalisées et exploitées parmi nous.

Nous vous invitons à vous joindre à la Marche des femmes sur Washington ou à toute autre marche connexe en Ontario.

La Marche des femmes sur Washington

Pour plus d’information, y compris pour obtenir des ressources sur la marche, l’endroit de la marche, les autobus qui se rendent à la marche, les initiatives pour les parents et enfants et l’accessibilité, cliquez ici.

La Marche des femmes d’Ottawa

Date : Le samedi 21 janvier 2017
Heure : De 11 h à 14 h
Endroit : Colline du Parlement, rue Wellington, Ottawa

Cet événement vise à manifester notre solidarité pour nos sœurs américaines qui marcheront par dizaines de milliers sur Washington le 21 janvier 2017. Cette manifestation non violente inclusive a pour but de prendre la défense et de soutenir les droits des femmes, de toutes les femmes, avec des femmes de toutes les races, de toutes les communautés religieuses, de toutes les affiliations politiques et de toutes les orientations sexuelles. La violence n'est pas la bienvenue et ne sera pas tolérée.

C’est une marche multidimensionnelle et inclusive, et tout le monde, d'où qu’ils viennent dans le monde, partisans des droits des femmes, sont les bienvenus. Nous nous engageons à l’égard du féminisme et de l’inclusion multidimentionnels.

Pour plus d'information, cliquez ici.

La Marche des femmes sur Washington à Sainte-Catharines

Date : Le samedi 21 janvier 2017
Heure : 10 h
Endroit : Hôtel de Ville Ste-Catharines, 50, rue Church, Ste-Catharines

Les femmes se réuniront à l’Hôtel de ville pour marcher en solidarité jusqu’au bureau du député Chris Bittle (61, rue Geneva). Une fois arrivées, les organisateurs leur donneront l’occasion de partager leurs expériences et les raisons pour lesquelles cette marche est importante pour elles.

Pour plus d'information, cliquez ici.

La Marche des femmes de Toronto

toronto_womens_march.jpg

Date : Le samedi 21 janvier 2017
Heure : Midi
Endroit : Queen’s Park, Toronto

Le samedi 21 janvier, joignez-vous à la Marche des femmes de Toronto pour unir les communautés de Toronto et pour exprimer vos opinions. Nous nous réunissons pour affirmer que nous ne nous tairons pas face à la haine qui menace et insulte tant de gens parmi nous, musulmans, juifs, personnes racialisées, Autochtones, immigrants et personnes ayant un statut juridique précaire ou sans statut juridique, membres des communautés LGBTTIHQB, personnes ayant un handicap et femmes.

Pour dire non à la haine et oui à la justice, à l’équité et au changement social, des gens du monde entier se rassemblent et s’opposent au président Trump. Les expériences vécues de colonialisme et de racisme anti-Noirs, xénophobie, homophobie et transphobie, sexisme et oppression existaient bien sûr longtemps avant Donald Trump, mais nous craignons que les dernières élections américaines entraînent une nouvelle vague de normalisation de la haine.

Le moment est venu de se serrer les coudes et d’envoyer un message uni. Nous ne pouvons nous permettre de rester silencieux ou inactif. Continuons de promouvoir la justice pour les personnes les plus marginalisées et les plus opprimées au sein de la société. Tous les alliés sont les bienvenus.

Pour plus d'information, envoyez un courriel à TOWomensMarch@gmail.com. Vous pouvez contribuer au succès de cet événement en faisant un don ici.