Skip to content
ops_opseu_french_banner.jpg

La décision de vendre ServiceOntario doit être repensée, selon le SEFPO

TORONTO – Le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario fait appel au gouvernement de l’Ontario de repenser ses plans de privatiser ServiceOntario.

« Cette décision a été prise sans consultation ni examen complet de l’impact de la privatisation, » a déclaré Warren (Smokey) Thomas.  « Je fais appel au gouvernement de mettre en attente ses plans de vendre ServiceOntario. »

Thomas a fait sa déclaration par suite du discours prononcé par le ministre des Finances Dwight Duncan aujourd’hui.

Selon les données du gouvernement, 85 pour cent des transactions les plus fréquentes de ServiceOntario ont eu lieu en personne, Thomas a ajouté, et les gens préfèrent le contact direct et s’attendent à ce que le service soit offert en personne.

« Le contact direct doit être maintenu, » il a dit, « mais selon les paroles du ministre, dorénavant, si vous vous attendez à ce qu’on vous offre un service en personne, vous serez très déçu.

« De plus, nous protestons catégoriquement contre la remise de ServiceOntario à une société privée à titre d’un soi-disant partenariat public-privé, » Thomas a continué.  « Ce genre de partenariat signifie que les citoyens paient – non pas pour les services offerts, mais pour des profits élevés et pour les coûts de financement plus élevés dans le secteur privé.  Le ministre a reconnu aujourd’hui que les problèmes financiers de l’Ontario, ce sont des problèmes de revenu, alors que ServiceOntario, qui recueille des milliards de dollars en frais de service, devrait être appuyé plutôt que privatisé. »

Thomas a dit que le manque de consultation à propos du prochain budget provincial budget représente un point très bas dans l’histoire démocratique de la province. »  Il a fait appel au gouvernement d’élaborer un processus de consultation qui serait au moins aussi inclusif que les audiences prébudgétaires traditionnelles du Comité permanent des finances et des affaires économiques.

« Le ministre a indiqué clairement aujourd’hui qu’il veut avoir un dialogue, » a dit Thomas.  « Il a reconnu que l’Ontario a des services publics provinciaux les plus efficaces au Canada et il a fait allusion que les réductions d’impôt des sociétés font partie d’une stratégie économique et fiscale douteuse, c’est exactement ce que nous disons depuis le début.

« Dans une démocratie, les gens doivent avoir voix au chapitre à propos des décisions qui les touchent, » a-t-il déclaré.  « Au SEFPO, 2 000 membres qui sont capables de travailler dur à ServiceOntario pour offrir des services publics de qualité se posent aujourd’hui des questions sérieuses sur leur avenir.  Nous sommes d’accord avec le ministre à propos de l’importance de l’équilibre et du dialogue.  Nos membres ont droit non seulement de se faire entendre mais aussi de se faire écouter.  Le SEFPO est toujours prêt à entrer dans cette discussion. »

Pour plus d’information :

Warren (Smokey) Thomas
(613) 329-1931 (cellulaire)