Skip to content
1400-200_300dpi-mpac-fr.jpg

SÉFM : Impact – À la table – février 2016 – La SÉFM insulte ses employés en leur offrant une augmentation salariale de moins de 1,7 % sur trois ans

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

La semaine dernière, la SÉFM a insulté ses employés en leur proposant des augmentations salariales de « zéro (0) » la première année et de moins de 1,7 pour cent au total sur une période de trois ans.

C'est vraiment choquant. Les municipalités qui financent la SÉFM ont offert à leurs propres employés une augmentation moyenne de 1,7 pour cent par année. Elles n'ont jamais contraint leurs employés à accepter zéro pour cent d'augmentation. Chez nos partenaires municipaux, la moyenne se situe à 1,7 pour cent par année.  Pourquoi la SÉFM veut-elle nous sous-payer et nous offrir moins que la hausse moyenne que nous méritons?

Si l'employeur ne change pas sa position, il est possible que nous tenions un vote de grève le 29 février.

En ce qui a trait à son plan sur la reconnaissance professionnelle, l'employeur continue à avoir des problèmes avec son « plan en mal … de plan ». L'employeur propose que tous les spécialistes en évaluation foncière et les analystes d'évaluation de masse soient agréés d'ici le 1er janvier 2019. Le non respect de cette mesure pourrait entraîner une rétrogradation non disciplinaire.

L'employeur veut que tous nos membres, qui occupent pourtant avec succès leurs postes depuis de nombreuses années, soient agréés. C'est inacceptable. Nous continuons, et continuerons, à demander la protection de nos membres.

En outre, à compter du 1er janvier 2016, nos membres ne seront plus autorisés à étudier ou à passer leurs examens pendant les heures de travail. Celles et ceux qui sont inscrits à un cours admissible et doivent passer un examen pendant les heures normales de travail devront désormais demander un congé.

Vouloir supprimer le temps rémunéré qui est attribué pour le perfectionnement professionnel et pour passer un examen d’agrément nous semble contraire aux initiatives de l'employeur sur l'équilibre travail-vie personnelle et la reconnaissance professionnelle. L'employeur veut qu'un certain nombre de nos membres soient agréés, mais il n'est pas disposé à soutenir nos efforts pour réussir. Si nos membres ont le moral à zéro, c'est en raison du manque de respect et de soutien de l'employeur. 

L'employeur souhaite également modifier les lettres d'entente (LOU#1 et LOU#2) qui figurent dans la convention collective. L'employeur a souligné que la reconnaissance professionnelle et ces deux lettres d'entente sont sa priorité. Il cherche à supprimer les indemnités dans la lettre d'entente n°1 (LOU#1) pour celles et ceux qui ont été affectés par le transfert. Cela concerne environ 350 personnes. Il veut également modifier la lettre d'entente n°2 (LOU#2), c'est-à-dire que les retraités devraient verser 50 % de leurs primes d'avantages sociaux. 

Nous avons convenu de continuer à négocier de bonne foi avec notre employeur. D'autres journées de négociation sont prévues les 22 et 23 février. Nous espérons que l'employeur viendra à la table de négociation avec une offre raisonnable. Dans le cas contraire, nous avons l'intention d'organiser un vote de grève le lundi 29 février (plus de détails à suivre) et le syndicat pourrait présenter une demande de conciliation. Nous estimons qu'un solide mandat de grève est essentiel afin que l'employeur retire ses propositions les plus insultantes. L'objectif d'un solide mandat de grève ne vise pas forcément à déclencher la grève, mais plutôt à éviter la grève. Un solide mandat de grève aidera votre équipe de négociation à obtenir un contrat équitable.

Votre équipe de négociation continuera à lutter pour obtenir la protection et les indemnisations que nous méritons tous. Nous sollicitons votre soutien pour les prochaines journées de négociation. Aidez-nous à envoyer un message à l'employeur afin qu'il sache qu'il est temps de remonter le moral de son personnel et qu'il reconnaisse que c'est grâce au travail de son personnel si la SÉFM figure parmi les 100 meilleurs employeurs. Nous demandons simplement qu'il rémunère et reconnaisse, à juste titre, le travail que nous faisons.  

Encore une fois, votre équipe de négociation vous remercie pour votre soutien continu. Nous vous donnerons davantage de détails sur le vote de grève dès qu'ils seront disponibles.

En solidarité,
David Lynch
Président de l'équipe de négociation
OPSEU409@yahoo.ca

Coordonnées des membres de l'équipe de négociation

Ci-dessous les adresses électroniques des membres de l'équipe de négociation et les bureaux qui leur ont été assignés. Cherchez votre bureau pour trouver votre représentant au sein de l'équipe de négociation.

Peter McClenaghan – Goderich, Chatham, Sarnia, Windsor et Kitchener
pmcclenaghan2020@yahoo.com

Paul Leslie – Pickering, Richmond Hill, Peterborough et Milner
mrpaulleslie@yahoo.ca

Tom Chisholm – North Bay, Sudbury, Timmins, Sault Ste. Marie, Thunder Bay, Kenora, Fort Frances, Dryden et Pembroke
tandcind@msn.com

Mark Hotte – Cornwall, Brockville, Kingston, Trenton, et Ottawa
mark_hotte@hotmail.com

David Lynch – Bracebridge, Parry Sound, Barrie, London, Hamilton, Mississauga et Toronto
opseu409@yahoo.ca