Skip to content
1400-200_300dpi-mpac-fr.jpg

SÉFM : ImpacT – À la table – 15 juin 2016 – Plus que deux jours

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À l’approche de l’expiration du délai de grève, l’équipe de négociation rencontre l’employeur

Plus que 48 heures avant le délai de grève, qui a été fixé au 17 juin, à 00 h 01. Alors que le compte à rebours touche à sa fin, l’équipe de négociation défend fermement sa position et le fait que les travailleurs méritent un accord qui reflète l’excellence en matière d’évaluation foncière qu’ils procurent aux municipalités et contribuables.

Alors que l'employeur continue d'exiger que les membres de longue date acceptent des réductions à leurs avantages sociaux une fois qu’ils partent à la retraite et refuse de proposer des augmentations salariales similaires à celles de l'ensemble du secteur municipal, l'équipe de négociation continue à plaider pour parvenir à un accord équitable qui tient compte du travail quotidien des travailleurs de première ligne de la SÉFM.

Votre syndicat est avec vous

J’ai participé à un rassemblement, à l’heure du dîner devant les bureaux de la SÉFM de Toronto, en compagnie des membres de la section locale 552 du SEFPO, de plusieurs membres du Conseil exécutif de la Région 5 et du SEFPO, des membres du personnel du syndicat, du président de la Fédération du travail de l'Ontario, et de la vice-présidente du Conseil du travail de Toronto et de la région York .

J’étais là non seulement pour soutenir les membres de la section locale, mais aussi pour envoyer un message clair à l'employeur : « Lorsque vous négociez avec certains d'entre nous, vous négociez avec nous tous ». Je répèterai ici ce que j’ai dit au rassemblement : si cet employeur veut s’en prendre aux 1 400 membres du SEFPO à la SÉFM, il ferait bien de se préparer à affronter les 130 000 membres du SEFPO.

Les membres de votre équipe de négociation travaillent d’arrache-pied pour parvenir à un accord dès maintenant et ils continueront à rencontrer l'employeur jusqu'à la dernière minute, vendredi. Ils ont plaidé en faveur d'un accord équitable jusqu'ici et ils continueront de négocier avec la ferme intention d’atteindre cet objectif. Mais il y a une chose qu'ils ne feront pas faire, c'est d’accepter rien de moins que l’accord que chacun de vous mérite.

Je tiens à remercier chaleureusement les centaines de membres à travers la province qui ont participé aux piquets d’information jeudi dernier. Grâce à votre présence en masse sur les piquets, votre équipe négocie avec un appui de poids à la table pour parvenir à un accord équitable. Et je veux que vous sachiez que je suis, à l’instar de chacune et chacun des 130 000 membres du SEFPO en Ontario, à vos côtés, aujourd'hui et vendredi.

En solidarité,
Warren (Smokey) Thomas
Président du SEFPO

A large crowd of workers, including OPSEU President Thomas, hold picket signs and flags

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas addresses rallying workers

OFL President Chris Buckley addresses the crowd

Déjouer les astuces et rumeurs de l'employeur

À l’approche du délai de grève, l'employeur fera tout ce qui est en son pouvoir pour saper la force du syndicat et tentera tous les coups possibles pour briser la solidarité qui existe entre les membres. Après tout, l'employeur sait, tout comme nous le savons, que c’est l’unité qui fait la force.

Nous avons tous en tête plusieurs exemples récents. L'employeur a commencé à filtrer les courriels que les travailleurs échangent par le biais de son siège social (une excellente occasion de rappeler à tous que nous devons utiliser nos adresses électroniques privées, pas celle de notre travail, dans nos communications en vue de préparer la grève). Dans un courriel qu'il a envoyé à tous les membres plus tôt cette semaine, l'employeur a tenté de saper le travail de notre équipe de négociation pour parvenir à un accord équitable en suggérant que les membres ne devraient pas se soucier des coupures drastiques dans les avantages sociaux des retraités car elles ne toucheront que les plus anciens travailleurs, et pas tous les travailleurs.

Mais l'employeur a oublié que nos membres se soucient de leurs collègues. Depuis l’envoi de ce courriel, ma boîte de réception déborde de courriels de membres qui sont dégoûtés par cette tactique sournoise de l'employeur. Au lieu de nous monter les uns contre les autres, cette tactique a eu l’effet inverse et nous a rapprochés.

C’est le genre de tactiques que l’employeur a appliqué en désespoir de cause. L'employeur voit que les membres se serrent les coudes et exigent un accord qui tienne compte de l’excellence de leur travail quotidien en matière d’évaluation foncière. Ne soyez donc pas surpris si d’autres rumeurs circulent et si l’employeur adopte d’autres tactiques. Ne tombez pas dans le piège. Vous recevrez les nouvelles de votre équipe de négociation et de vos dirigeants des sections locales et je vous promets que nous communiquerons directement avec vous.

En solidarité,
David Lynch
Président, Équipe de négociation du SEFPO à la SÉFM