Une grande partie de notre monde a besoin de « Construire l’avenir ensemble »

Two large stylised hands holding a small family building a wall
Facebook
Twitter
Email

Ce dimanche 17 octobre, c’est la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté.  Pour la deuxième année consécutive, nous avons vu comment la COVID-19 a encore aggravé un problème déjà inquiétant. En plus de tuer des millions de personnes, la pandémie a plongé, ou replongé, jusqu’à 163 millions de personnes de plus dans la pauvreté, selon WorldBank.org.

Le thème de cette année, « Construire l’avenir ensemble », contraste fortement avec le slogan politique généralisé « Rebâtir en mieux ». Dans de si nombreux endroits, « Rebâtir en mieux » se traduit par des injustices et des inégalités structurelles, en particulier dans les régions où les taux de pauvreté sont les plus élevés : en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne. Les gens n’ont toujours pas accès aux besoins de base : l’éducation, les soins de santé et les infrastructures, même pas d’eau potable.

À cet égard, la dernière élection fédérale a mis en lumière un des symptômes les plus honteux de la pauvreté au Canada : la crise de l’eau potable dans les communautés autochtones. Nous continuons à exhorter le premier ministre à tenir ses promesses et à mettre fin à cet échec et à cette honte pour notre pays.

Selon l’organisme Canada sans pauvreté, un canadien sur sept vit dans la pauvreté. Il existe des exemples flagrants de pauvreté dans nos communautés, comme le sans-abrisme, les familles mal logées, les travailleurs et travailleuses pauvres, les personnes qui ont un accès limité aux soins de santé, à l’éducation et à l’alimentation, et qui n’ont pas d’autres solutions que d’avoir recours aux banques alimentaires. À l’heure où les politiciens examinent le contrat social, la pauvreté doit être tout en haut de la liste.

Le 17 octobre, faites juste une chose pour lutter contre la pauvreté. Cela pourrait être une aussi petite chose que d’envoyer un courriel à un politicien local ou de faire un don à une banque alimentaire. Rappelez-vous que de petits gestes de solidarité peuvent donner de grands résultats.

En solidarité,

Warren (Smokey) Thomas, président de l’OPSEU/SEFPO
Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO