Skip to content
news_announcements_french.jpg

27 juin : Journée du multiculturalisme

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le 27 juin est la Journée canadienne du multiculturalisme, l’occasion de célébrer la diversité culturelle des Canadiens.

Le premier ministre Pierre Trudeau avait annoncé, en 1971, que le multiculturalisme serait une politique officielle du gouvernement. En plus de préserver les libertés culturelles de tous les individus, l’objectif était de reconnaître la contribution des divers groupes ethniques à la société canadienne.

Toutefois, les choses n’ont pas commencé à changer avant 1976, tandis qu’on supprimait certaines restrictions à l’immigration en provenance de pays non européens de la Loi sur l’immigration. Ce changement démographique a obligé bien des gens à repenser les politiques multiculturelles existantes, dans le but principal de combattre la discrimination.

« La route n’a pas toujours été facile et le chemin est encore de nos jours parsemé de difficultés », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Mais pour vraiment célébrer la richesse et la diversité du Canada, nous devons considérer objectivement son histoire pour voir un pays qui a largement marginalisé ses communautés autochtones et racialisées », a-t-il ajouté.

Cette partie de l’histoire, pour le moins difficile, est souvent négligée et laissée de côté. On peut retracer l’apparition de l’esclavage au Canada au début des années 1600. Le Canada était alors une colonie française connue sous le nom de Nouvelle-France. À cette époque, la grande majorité des esclaves étaient des Autochtones, mais la traite transatlantique des esclaves a aussi amené des esclaves noirs.

L’esclavage s’est poursuivi après la conquête britannique de la Nouvelle-France, en 1763, et le territoire a été rebaptisé Amérique du Nord britannique. C’est également à cette époque que les esclaves noirs ont remplacé les esclaves autochtones.

En outre, la taxe d’entrée imposée aux immigrants chinois et l’internement de Canadiens japonais durant la Seconde Guerre mondiale sont d’autres exemples de la façon dont les groupes racialisés ont été marginalisés au cours de l’histoire canadienne.

Néanmoins, les récentes manifestations sur la manière injuste dont les communautés noires et autochtones ont été traitées par les forces de l’ordre ont intensifié les appels en faveur d’un changement systémique. Cette collection de voix a démontré comment des gens de tous les antécédents, races et cultures peuvent se rassembler pour faire passer un message important, celui de l’égalité pour tous.

Il est désormais temps d’apporter des changements réels et de reconnaître les nombreuses contributions et les sacrifices qui ont été consentis par des personnes aux cultures et antécédents variés pour assurer que nous puissions toutes et tous vivre dans une société qui est juste et équitable.

C’est le 13 novembre 2002 que le 27 juin était désigné, par proclamation royale, Journée canadienne du multiculturalisme.

Solidairement,

Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO
Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO