Skip to content

Le 6 décembre : Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes

national_remembrance_violence.jpg
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le 6 décembre 1989, quatorze élèves ingénieures de l'École polytechnique de Montréal furent assassinées dans un acte sexiste de violence brutale. En 1991, le Parlement du Canada reconnaissait et désignait officiellement cette date Journée nationale de commémoration et d'action contre la violence faite aux femmes afin de ne jamais oublier ces femmes dont la vie fut brutalement fauchée suite à un acte de violence sexospécifique.

Comme de récentes conversations culturelles nous l'ont rappelé, la violence faite aux femmes est bel et bien encore omniprésente de nos jours, tout comme elle l'était il y a vingt-cinq ans en cette terrible journée de massacre.

La discrimination et la violence fondées sur le sexe sont encore largement répandues dans nos milieux de travail et dans nos communautés. Tel que l'indiquent les récents rapports commandés par le Centre canadien de politiques alternatives, entre autres, les taux d'agressions sexuelles et de violence dans les relations intimes demeurent élevés au Canada et sont tout particulièrement aigus parmi les femmes et les filles autochtones canadiennes, avec des taux de violence au moins trois fois plus élevés par rapport aux autres Canadiennes.

Selon des organismes autochtones, métis et des Premières nations de tout le Canada, plus de 1 200 femmes et filles autochtones ont disparu ou ont été assassinées depuis 1980. Il y a quelques mois, le corps d'une jeune fille de 15 ans, Tina Fontaine, de la Première nation Sagkeeng, était retrouvé enveloppé dans un sac à ordures jeté dans la rivière Rouge. Le meurtre de Tina Fontaine est à l'intersection de formes multiples de violence, notamment racisme, colonialisme et violence faite aux femmes et aux filles. Le Comité provincial des femmes (CPF) soutient les organismes et défenseurs autochtones tels que l'Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et le Conseil exécutif du SEFPO, qui ont demandé une enquête publique nationale sur la violence faite aux femmes et aux filles autochtones.

Le Comité provincial des femmes s'oppose également à des lois comme le projet de loi C-36, qui met en danger la vie des travailleuses du sexe. Le projet de loi C-36 reproduit et légitime les effets néfastes de lois antérieures qui s'opposaient au commerce sexuel, déclarées inconstitutionnelles par la Cour suprême du Canada. Le Comité se montre solidaire envers le Conseil exécutif du SEFPO, les travailleuses du sexe, les tierces parties et les défenseurs qui soutiennent la pleine dépénalisation du travail du sexe. Le CPF estime que tant que les conditions de vie et de travail des professionnelles du sexe sont réglementées par le Code criminel, les protections et droits dont jouissent tous les autres citoyens canadiens continueront de leur être refusés, perpétuant ainsi la violence faite aux travailleuses du sexe et exacerbant leur marginalisation.

Le Comité provincial des femmes du SEFPO exhorte tous les membres du SEFPO à prendre le temps de réfléchir sur l'impact néfaste de la violence faite aux femmes au sein de notre société et à rendre hommage aux vies des femmes victimes de discrimination et de violence sexistes chaque jour.  Nous vous invitons à exprimer votre solidarité le 6 décembre prochain en assistant aux veillées et événements commémoratifs qui auront lieu dans votre région.

Événements du 6 décembre

Toronto :

Vigile « Les femmes n'oublieront pas » (Women Won't Forget Vigil)

Le samedi 6 décembre, à 17 h 30

246, rue Bloor ouest [Tim Horton's]
La veillée commencera à 18 h
Promenade du Philosophe, Université de Toronto

Sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Women-Wont-Forget/149346911780770

Brockville :

Veillée et marche
Le samedi 6 décembre, de 19 h à 21 h
1, rue Ferry, Brockville

London :

Veillée à la chandelle, le samedi 6 décembre, à 17 h 30

Monument des femmes, parc Victoria (en face du café Williams)
Réception au STTP, à 18 h, au 344 du chemin Sovereign, London

Ottawa:

Commémoration le 5 décembre
18 h à 19 h, Chevaliers de Colomb, 93, rue Berczy

St-Thomas :

Veillée à la chandelle

Le vendredi 5 décembre, à 17 h 30

Jardin du souvenir (Memory Garden), parc Pinafore

Thunder Bay :

Service commémoratif à la chandelle

Le samedi 6 décembre, de 12 h à 13 h

Université Lakehead, Agora, 955, chemin Oliver