Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Les nouveaux règlements sur la rémunération des cadres omettent les entrepreneurs

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Les nouveaux règlements sur la rémunération des cadres annoncés mardi dernier par le gouvernement de l'Ontario représentent un pas dans la bonne direction; toutefois, ils n’ajoutent rien au besoin de transparence et de responsabilité face à l’argent versé par le gouvernement à un nombre croissant d’entrepreneurs du privé.

« Après d’énormes pressions exercées par le public, le gouvernement a fait un pas dans la bonne direction en établissant des lignes directrices claires relativement à la rémunération des cadres des organisations parapubliques », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Malheureusement, ces changements continuent de laisser dans l’ombre les millions de dollars versés chaque année à des entrepreneurs privés et à des avocats de la rue Bay. »

« Comme nous le répétons depuis des années, il est grand temps de lever le voile sur ces paiements. Et c’est pourquoi nous avons demandé aux libéraux à Queen’s Park d’inscrire sur la liste des 100 000 $ et plus le nom des entrepreneurs qui font affaire avec le gouvernement, conformément à la Loi sur la divulgation des traitements dans le secteur public. Ces entrepreneurs sont payés avec les deniers du contribuable pour faire du travail dans l’intérêt public, mais ce gouvernement continue d’agir comme si le public ne mérite pas de savoir où va son argent. »

Dans les nouveaux règlements, on demande également que les organisations entreprennent des consultations publiques concrètes pour établir la rémunération appropriée des cadres. Cette décision, qui permettra au public d’avoir son mot à dire en ce qui concerne le système de rémunération, est une étape positive à laquelle le SEFPO se réjouit de prendre part.

« Je suis heureux qu’on exige désormais des consultations publiques véritables et concrètes sur la rémunération des cadres », a ajouté Monsieur Thomas. « Après tout, ces organisations sont publiques. Nous les avons construites. Elles nous appartiennent. Et nous comptons tous et toutes sur les services essentiels qu’elles fournissent. »

« Les membres du SEFPO qui travaillent dans ces organisations publiques se réjouissent de participer à ces consultations pour partager leurs perspectives sur les niveaux de rémunération appropriés des cadres. »

Pour plus d’information : Craig Ashbourne, agent des communications intérimaire, SEFPO, 226-821-1725