Skip to content

Le nouveau PDG d’OMERS devra s’attaquer immédiatement à la mauvaise et dangereuse gestion de sa société, Lifelabs

OMERS logo
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Monsieur Blake Hutcheson sera bientôt président-directeur général (PDG) d’OMERS, le régime de retraite qui détient LifeLabs, et le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, lui demande de mettre fin aux mises à pied et tactiques antisyndicales de la société qui font courir des risques graves aux Ontariens en pleine pandémie de COVID-19.

Les résultats des tests sont arrivés et LifeLabs a reçu un résultat positif pour gestion dangereuse », a déclaré le président Thomas. « Le nouveau PDG d’OMERS, Blake Hutcheson, aura les mains libres pour donner un nouveau souffle à LifeLabs; il n’a pas une seconde à perdre car des vies et des moyens d’existence sont en jeu. »

En tant que propriétaire à 100 pour cent de LifeLabs, M. Hutcheson a l’entière responsabilité de veiller à ce que la société fasse tout ce qu’elle peut pour assurer la sécurité de ses travailleurs et du public », a indiqué le président Thomas. « Il a l’entière responsabilité de mettre fin aux mises à pied et à l’antisyndicalisme qui exposent tout le monde au danger; nous avons l’intention de faire en sorte qu’il assume sa responsabilité. »

Le groupe de travailleurs de LifeLabs de la région de Simcoe, qui s’est joint au SEFPO il y a trois ans, a été en mesure de faire mettre en place des mesures de sécurité bien plus strictes pour lutter contre la pandémie que celles que la société a mises en place pour ses plus de 1 000 travailleurs dans la région de Toronto.

Pendant ce temps, la société cible agressivement les travailleurs de Toronto qui veulent se joindre au SEFPO, et dont la plupart sont des femmes racialisées avec des contrats précaires et de courte durée.

Pour intimider les travailleurs et les empêcher d’exercer leur droit constitutionnel d’adhérer à un syndicat, les gestionnaires de la société ont formé des « équipes d’intervention », qui ont tenté de congédier une employée avec plus de 30 années d’expérience parce qu’elle parlait ouvertement de la syndicalisation.

Rien que la semaine dernière, la vaste majorité des coursiers de la société de Toronto ont voté en faveur de leur adhésion au SEFPO, mais la société bloque leur accréditation syndicale en ayant recours à des tactiques éculées et à des querelles de procédure sans fondement.

Et on apprend maintenant que la société n’a pas hésité à prendre des décisions plus brutales et antisyndicales, directement liées au succès de la campagne de syndicalisation, et a mis à pied 15 pour cent de ses travailleurs à Toronto et les a renvoyés chez eux sur-le-champ.

« Ce qui se passe actuellement à LifeLabs est scandaleux », a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO.

« L’Ontario n’a jamais eu autant besoin de tests médicaux, mais la plus grande société de laboratoire médical de la province traite ses travailleurs comme du matériel jetable. »

Le président Thomas encourage les 500 000 participants au régime de retraite d’OMERS à faire pression pour demander que leur régime de retraite se montre à la hauteur de ses valeurs de base, notamment le respect du travail et des travailleurs.

« OMERS, qui n’existerait pas si les travailleurs ne s’étaient pas regroupés pour former des syndicats forts, profite maintenant d’une société qui cible et attaque ses travailleurs », a ajouté le président Thomas.  « Est-ce que les participants à OMERS sont conscients du fait que leur régime de retraite ne procure même pas de pension à ses propres travailleurs? Savent-ils que leurs pensions sont financées par de l’antisyndicalisme? Est-ce que M. Hutcheson est heureux d’encaisser un chèque de paye de PDG qui est financé par le mouvement syndical que LifeLabs et son PDG, M. Charles Brown, tentent de détruire?

« C’est inadmissible. Mon bureau a communiqué avec M. Hutcheson, qui n’a toujours pas répondu. Le moins qu’on puisse dire, c’est que son début de règne commence sous un signe de mauvais augure.  J’ai déjà rencontré M Hutcheson. Je m’attendais à mieux de sa part. »

« Alors que la vérité apparaît au grand jour, OMERS doit faire ce qui est juste et exhorter le nouveau PDG du régime de retraite à faire le ménage au sommet de LifeLabs. La société est malade et il faut lui administrer un remède de cheval pour la sauver. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931