Skip to content
community-agencies-french_banner-sector-5.jpg

Les travailleurs d’Aide juridique Ontario des bureaux de district du Nord votent en faveur de leur adhésion au SEFPO

Agences communautaires, Secteur cinq
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Un autre groupe de travailleurs d’Aide juridique Ontario (AJO) – notamment des bureaux de district du Nord à Thunder Bay, Kenora et Sioux Lookout – ont voté en faveur de leur adhésion au SEFPO.

« Le gouvernement Ford a semé le chaos à Aide juridique Ontario en infligeant des coupes sombres et je peux comprendre pourquoi de plus en plus de travailleurs d’AJO se joignent à nous », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Un syndicat fort, c’est un refuge dans la tempête, et cette tempête risque de se déchaîner avant de disparaître. »

« Au nom de tous nos 165 000 membres, je leur adresse mes plus vives félicitations et leur souhaite la bienvenue dans notre famille. »

Durant la dernière année, un flux régulier de travailleurs d’AJO se sont joints au SEFPO. Le mois dernier, ce sont les travailleurs des bureaux de district de l’Ouest qui se sont joints au SEFPO. Deux mois avant, c’étaient les travailleurs du bureau de district du Nord-Est. Ils font maintenant partie de la section locale 525 du SEFPO qui compte plus de 350 membres.

« C’est tout simplement la force de la solidarité en action », a indiqué pour sa part Eduardo (Eddy) Almeida, le premier vice-président/trésorier du SEFPO. « Plus les travailleurs d’Aide juridique Ontario s’unissent, plus ils seront forts pour protéger les services essentiels qu’ils procurent à certaines des personnes les plus vulnérables de la province. »

Kareen Marshall, la présidente du Secteur des Services communautaires du SEFPO, a déclaré que les membres d’AJO peuvent compter sur le soutien des milliers d’autres membres du SEFPO qui travaillent dans le secteur.

« Nous savons que nous effectuons un travail qui est primordial », a ajouté Kareen Marshall. « Ensemble, nous empêcherons le gouvernement Ford de faire d’autres coupes cruelles et dramatiques dans les services sur lesquels comptent un si grand nombre de personnes en Ontario. »