Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Pas pour les transports en commun : le budget de l'Ontario vole les gens pour financer les profits des sociétés, selon le SEFPO

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

TORONTO – Le jour du budget en Ontario est tout à fait extraordinaire pour l'industrie de la privatisation, mais « un désastre absolu » pour le reste de la population de la province, selon le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario.

« Ce budget n’est pas pour améliorer les transports en commun, »  a déclaré Warren (Smokey) Thomas aujourd’hui.  « Ce budget prend l'argent des hôpitaux, des collèges, et d'autres services dont nous dépendons tous et le met dans les poches des banquiers, avocats, patrons des projets de construction et des chaînes d'épicerie qui se feront un plaisir de rendre faveur en faisant des dons au Parti libéral de l'Ontario. »

Le budget 2015 annoncé aujourd'hui par le ministre des Finances Charles Sousa contient peu de ce qui n’a pas été divulgué au cours des dernières semaines, Thomas a dit.

« Il n'y a pas de surprise, »  a-t-il dit.  « Les libéraux s’attendent à ce que tous les employés des services publics acceptent des réductions de salaire.  Ils ont l'intention de mettre à pied plus de travailleurs de première ligne.  Ils ont l'intention de privatiser les services publics alors qu’ils savent bien que cela coûte plus cher et rapporte moins.  Ils ont l'intention de vendre les actions d’Hydro One et nous faire subir aux conséquences.  Ils ont l'intention d'utiliser des partenariats public-privé pour construire des autoroutes et des transports en commun, et ils ont l'intention de nous faire payer tous pour ces privilèges en faisant des coupures aux services publics de première ligne.

« Ce budget est une trahison de tout ce que signifie l'Ontario.  Les députés libéraux devraient rougir de honte. »

Le budget de l'Ontario a fait remarquer que le taux de dépenses pour les programmes sociaux par habitant est le plus bas de toutes les provinces au Canada, mais ne propose aucunes mesures pour augmenter les recettes, Thomas a continué.

« Les réductions des taux d'imposition du revenu des sociétés sous les libéraux ont drainé 9,6 milliards de dollars des coffres provinciaux depuis 2010.  C’est bien plus que ce qu'ils peuvent obtenir de la vente des actions d’Hydro One. »

Thomas a dit que le gouvernement Wynne devrait « arrêter de se prosterner devant les costumes et cravates de Bay Street » et être plus sérieux au sujet de l'augmentation des recettes pour revitaliser la province.  La restauration de taux d'imposition des sociétés aux niveaux de 2010 permettrait à la province de récupérer plus de 9 milliards de dollars en quatre ans, financer les services publics et les transports en commun, et maintenir la pleine propriété d’Hydro One, a-t-il déclaré.

« Durant les dernières élections provinciales, Kathleen Wynne avait lutté contre les politiques d'austérité du chef du Parti conservateur Tim Hudak et elle se faisait reconnaître comme leader « progressiste », a déclaré Thomas.   « Alors qu’aujourd’hui, elle essaie d’imposer les mêmes politiques de Tim Hudak sur toute la province de l'Ontario.  Si les Ontariens et Ontariennes comprennent ce que font les libéraux en réalité, ils se mettront certainement en colère. »