Skip to content
pwc_opseu_french_banner.jpg

Le 25 novembre – Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

November 25 - International Day for the Elimination of Violence against Women
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le 25 novembre 2018, le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, exhorte le premier ministre Doug Ford à mettre l’accent sur des mesures positives afin de mettre un terme à cette crise et à toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles. 

« Nous savons que la violence à l’égard des femmes et des filles est une crise mondiale, a déclaré le président Thomas, mais c’est également une crise chez nous – une crise qui exige toute notre attention et des mesures rigoureuses. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin d’un gouvernement qui reconnaisse le caractère d’urgence et prenne des mesures significatives pour y remédier.

Selon des statistiques récentes, 50 pour cent des fémicides au Canada cette année ont eu lieu en Ontario – cinquante-trois femmes ont perdu la vie en raison d’un fémicide en Ontario entre janvier et août.

« Les mouvements #MeToo et Time’s Up ont contribué à ouvrir d’importantes voies de dialogue », a déclaré le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida. « Mais ils ont également montré qu’il nous reste encore beaucoup de travail à faire pour mettre cette question au centre des débats et faire tomber les barrières auxquelles font face les survivantes de la violence. »

Le mois dernier, le gouvernement conservateur de l’Ontario a annoncé la suppression du comité d’experts voué à contrer la violence à l’égard des femmes : un groupe de bénévoles non-partisans qui donnaient des conseils stratégiques et travaillaient avec le précédent gouvernement pour préconiser des changements de politiques et de programmes visant à mettre fin à la violence à l’égard des femmes en Ontario.  Le président Thomas exhorte le premier ministre Ford à changer immédiatement de cap et à se focaliser sur des actions positives.

« Ce gouvernement agit sans tenir compte des gens et ses actions sont franchement dangereuses », a déclaré le président Thomas. « Ce gouvernement a abrogé la législation sur les normes du travail, coupé les taux des prestations de l’aide sociale et aboli le programme d’éducation sexuelle, qui mettait l’accent sur le consentement – une partie du programme qui concernait essentiellement les femmes et les filles. Il y a des centres d’aide aux victimes d’agression sexuelle qui attendent toujours le financement qu’on leur a promis alors que la demande pour leurs services est à la hausse. Il ne s’agit pas là d’un gouvernement qui se préoccupe du sort des femmes et des filles. »

« Alors monsieur Ford, permettez-moi de vous dire ceci : “En cette Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, vos actes en disent plus longs que vos paroles. Les Ontariennes attendent des actes plutôt que des mots en l’air. Il est temps d’écouter la population et de poser des gestes concrets pour lutter contre la violence envers les femmes et les filles.” »