Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le SEFPO demande la démission de David Barrick, le directeur de l’OPNPN

Niagara Peninsula Conservation Authority building
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Welland – Le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) demande la démission de David Barrick de son poste de directeur des Services de gestion de l'Office de protection de la nature de la péninsule du Niagara (OPNPN).  Monsieur Barrick est en outre conseiller régional de Port Colborne.

« David Barrick a été nommé à ce poste de cadre supérieur sans concours, il y a trois ans, directement du Conseil de l’OPNPN », a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Trois ans de mauvaise gestion, c’est plus que suffisant. »

Actuellement, M. Barrick a la responsabilité des ressources humaines et des finances de l'OPNPN. Depuis 2013, un tiers du personnel de l’OPNPN a été mis à pied et remplacé. Neuf municipalités et quatre députés provinciaux de la région demandent une vérification et une enquête judiciaires de l'organisme pour mauvaise gestion.

Le jour de la Saint-Valentin, cette année, sous l’autorité de M. Barrick, l'OPNPN a mis à pied la déléguée syndicale au rang le plus élevé, soi-disant pour « des raisons de contrainte budgétaire ». Mais le président du SEFPO juge que cette justification est « invraisemblable », pour dire le moins.

« S’ils sont si inquiets pour le budget de l’OPNPN, pourquoi dépensent-ils 150 000 $ pour engager un consultant externe et procéder à une vérification que le Bureau de la vérificatrice générale de l’Ontario a offert de faire gratuitement? »

Barb Wilson, présidente de la section locale 217 du SEFPO, qui représente les employés syndiqués de l'OPNPN, s’est fait l’écho du président Thomas et de son appel à la démission de David Barrick.

« Les relations de travail sont au plus bas », a-t-elle déclaré. « Les employés de l'OPNPN me disent qu’il y a une culture de peur et d'intimidation au travail. Presque tous les griefs se terminent par des audiences d'arbitrage coûteuses parce que la direction refuse de les régler raisonnablement aux premières étapes. Ça coûte beaucoup d’argent et de temps. »

« Pour le bien et la réputation de l’OPNPN, il est plus que temps de mettre fin à la mauvaise gestion », a conclu Warren (Smokey) Thomas. « Il est temps que l'OPNPN redonne du travail à nos membres et montre la porte à David Barrick. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931; Barb Wilson, 905-682-4217