Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le gouvernement Ford tombe encore plus bas avec son offre visant à soudoyer les parents

Classroom teacher gestures to a student with their hand raised.
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

C’est pitoyable de voir le gouvernement Ford avoir recours à la subornation pour tenter d’obtenir l’appui des parents dans sa gestion bâclée des pourparlers contractuels avec les enseignants, a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas.

L’annonce du ministre de l’Éducation Stephen Lecce, selon laquelle les parents recevront 60 $ par jour pour les aider avec des frais tels que les services de garde d’enfants durant une grève potentielle, est aberrante, selon le président Thomas.

« Le ministre Lecce a prétendument à cœur de faire des économies de coûts, mais il est prêt à dépenser des millions pour tenter de retourner l’opinion publique en faveur du gouvernement avec son soi-disant “Programme de soutien aux parents” », a déclaré le président Thomas. « Il devrait utiliser cet argent afin de parvenir à un accord équitable et faire en sorte que la situation retourne à la normale pour les élèves dans les salles de classe. »

Le président Thomas a également souligné le fait que cette annonce montre à quel point le gouvernement Ford est déconnecté de la population de l’Ontario et de ses besoins. Procurer des services de garde d’enfants abordables ne devrait pas être une manigance durant une situation difficile, a indiqué le président Thomas, car de nombreux parents en ont besoin quotidiennement.

« Parce que ses propres pratiques de négociation déloyales se traduisent par une grève, le gouvernement nous dit maintenant qu’il reconnaît que la garde d’enfants est une nécessité pour les parents. Que fait-il de cet engagement au quotidien pour les parents qui n’ont pas les moyens de faire face au coût élevé des garderies? »

Le SEFPO représente des travailleuses et travailleurs de soutien de l’éducation, dont la plupart sont des femmes, dans huit conseils scolaires de la province. Ils mènent également des négociations contractuelles en ce moment et nombre de ces travailleuses et travailleurs gagnent autour de 40 000 $ par année, a ajouté Smokey Thomas.

« Cette augmentation imposée par la loi et limitée à un pour cent représente moins de huit dollars par semaine, beaucoup moins que les 60 dollars par jour que le gouvernement fait miroiter par l’entremise du stratagème de notre ministre de l’Éducation. Le gouvernement devrait abandonner cette loi cruelle et inique et se mettre à négocier sérieusement et sur-le-champ. »

Le ministre Lecce se raccroche désespérément à un semblant d’espoir en tentant, avec son gouvernement, de faire porter le blâme sur les enseignants et les travailleurs de l’éducation pour les interruptions de travail actuelles, a déclaré Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO.

« Le gouvernement dit qu’il est “du côté des parents”, a ajouté le premier vice-président/trésorier Almeida. Mais ce ne sont que des mots creux. Vous ne pouvez pas prétendre être du côté des parents, puis faire preuve de mépris en essayant d’acheter leur bonne volonté avec leur propre argent. »

« Il est temps que ce gouvernement cesse de faire de la politique avec les parents, les travailleurs du secteur public et commence à travailler pour remettre à flot nos services publics qui manquent de ressources. »

Renseignements :  Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931