Skip to content
news_press_releases_french.jpg

« Sapristi! Où donc sont toutes ces nouvelles recettes fiscales? », demande le président Thomas

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le gouvernement Ford se vante d’avoir créé de nouveaux emplois, mais le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, se demande comment réconcilier ces paroles du gouvernement avec sa rhétorique disant que nous frôlons la catastrophe financière!

Dans un gazouillis publié vendredi dernier, le président du Conseil du Trésor, Peter Bethlenfalvy, affirmait que 202 900 nouveaux emplois avaient été créés au cours de l’année, pour la plupart des emplois à temps plein dans le secteur privé.

D’après M. Thomas, si c’est vrai, alors qu’est-ce que le gouvernement fait des recettes fiscales qui accompagnent forcément la création de ces nouveaux emplois?

« Nous savons qu’il ne réinvestit pas dans les services publics et que le déficit ne baisse pas », a déclaré M. Thomas.  « Ils n’auraient pas pu dépenser cet argent pour payer les amis de Dean French qu’ils ont embauchés, alors où est-il passé? »

Selon le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida, avec ces revenus supplémentaires, il est insensé de vouloir passer la faucille dans tous ces programmes d’aide sociale!

« Si la base de revenus a vraiment augmenté, alors le gouvernement n’a pas besoin de s’en prendre aux enfants autistes et autres qui ont besoin d’aide », a déclaré M. Almeida. 

« En tant que trésorier, je comprends l’importance de contrôler les dépenses et de remettre en question chaque sou dépensé, mais je n’ai jamais essayé d’épargner là où ce n’est pas logique de le faire. »

Monsieur Thomas demande au gouvernement de laisser tomber ses plans visant à éviscérer les programmes d’aide sociale de la province.

« Nous le disons depuis le début, l’Ontario n’a pas un problème de dépenses, il a un problème de revenus », a encore dit M. Thomas.  « Les chiffres du gouvernement prouvent que nous avions raison.  »

Monsieur Thomas a aussi souligné que le rapport du gouvernement sur le marché du travail disait que le salaire horaire moyen avait augmenté de 3 % entre le deuxième trimestre de 2018 et le deuxième trimestre de cette année. Le premier ministre est allé sur Twitter dimanche dernier pour se vanter de cette augmentation salariale de 3 %.

« Il est extrêmement injuste qu’on dise aux travailleurs du secteur public de l’Ontario que leurs augmentations salariales seront plafonnées à un pour cent, au moyen de mesures législatives, pendant que d’autres reçoivent trois pour cent », a déclaré M. Thomas.  « D’un côté, le premier ministre se vante de ces trois pour cent et de l’autre, il légifère un pour cent. Où est la logique? Pourquoi les travailleurs du secteur public devraient-ils être discriminés tandis que quelques prétentieux imbus d’eux-mêmes se bombent le torse pour impressionner leurs copains corporatifs bien nantis? »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931