SEFPO Personnel Scolaire des Collèges bannière

Sur le piquet : Bulletin de grève du personnel scolaire des collèges – Numéro 3

Sur le piquet. Personnel scolaire, Bulletin de greve du personnel scolaire des colleges de l'Ontario.
Facebook
Twitter
Email

Ce n’est pas l'obstruction de l'employeur qui mettra fin à ce conflit de travail, mais bien la négociation

Le très coûteux et réputé cabinet de conseil en gestion des crises, DS Consulting, travaille d’arrache-pied pour le Conseil des employeurs des collèges.

Le dernier bulletin du Conseil donne des indications intéressantes sur les raisons pour lesquelles le personnel scolaire des collèges est en grève. À aucun moment, cependant, le Conseil ne parle du rôle qu’il a tenu dans le déclenchement de la grève, ni comment il pourrait contribuer à y mettre fin dès-maintenant.

Depuis le 15 septembre, le Conseil a eu tout le loisir de demander aux membres de voter sur son offre, mais il a refusé de le faire. Bien que cette obstruction systématique soit conforme à son approche en matière de négociation collective, il y a une raison simple pour laquelle le Conseil ne l’a pas encore fait : c’est parce qu’il sait très bien que son offre est très mauvaise pour le personnel scolaire.

Un mauvais accord ne s’améliore pas avec le temps

Les membres de votre équipe de négociation ont été élus pour vous soumettre un accord qu’ils peuvent vous recommander. Nous ne pouvons pas vous recommander un accord qui supprimerait les protections existantes relatives à la dotation en personnel à l'article 2 et qui permettrait aux collèges d’accroître les niveaux de personnel scolaire contractuel dans le réseau. La nouvelle disposition du Conseil concernant le personnel scolaire à temps partiel et sa proposition de créer une nouvelle catégorie de « personnel scolaire contractuel temporaire et à temps plein » se traduirait par une augmentation du pourcentage de personnel scolaire contractuel dans le réseau sans véritables restrictions. Comme si cela ne suffisait pas, la proposition du Conseil créerait également un système à deux niveaux pour les nouveaux employés, les obligeant à travailler plus d'heures et la fin de semaine sans avoir les protections dont bénéficie actuellement le personnel scolaire.

Lorsque la majorité du personnel scolaire a voté pour autoriser une grève si nécessaire, on a enregistré le deuxième pourcentage le plus élevé de l’histoire du personnel scolaire des collèges. La démocratie a parlé. L'équipe de négociation du personnel scolaire a fait tout son possible pour éviter la grève, modifiant et reformulant ses propositions plusieurs fois jusqu'à la fin des négociations. Le 30 septembre, nous avons engagé une série de discussions avec le Conseil sur ce qu'il faudrait faire pour parvenir à un règlement. Le Conseil nous a donné exactement la même réponse qu’il nous donne encore aujourd’hui : accepter notre offre ou rien du tout.

À chaque fois, l'équipe du personnel scolaire a bien voulu travailler avec le Conseil afin de répondre à ses préoccupations concernant nos propositions, notamment des stratégies pour compenser les coûts. Nous avons invité le Conseil à se joindre au personnel scolaire pour faire pression sur le gouvernement afin d’obtenir un financement accru pour le réseau collégial pendant plusieurs années. Le Conseil a refusé à chaque fois. Entre chaque ronde de négociations, le personnel scolaire propose systématiquement aux collèges de travailler ensemble afin d’obtenir davantage de financement et d'améliorer l'éducation de nos étudiants – jusqu'à que ses offres soient rejetées.

L'obstruction du Conseil a rendu une chose parfaitement claire : cette grève est causée par un groupe de dirigeants et d’administrateurs qui sont plus préoccupés d’économiser 20 millions de dollars par semaine dans les salaires du personnel scolaire afin de financer leurs propres augmentations salariales que de faire ce qui sert l’intérêt des étudiants et du personnel scolaire. Et c'est tout simplement honteux.

Aucune consultation pour sauver le semestre

Nous avons atteint un point où les étudiants risquent réellement de perdre leur semestre. Les collèges s'efforcent de rassurer les étudiants en leur disant qu’ils ont un plan, mais s'ils en ont un, le personnel scolaire ne l’a pas encore vu. Les collèges n'ont pas du tout consulté le personnel scolaire qui sera en première ligne pour mettre en œuvre ce plan pour sauver le semestre. Au lieu de cela, quelques collèges ont mentionné nonchalamment que les étudiants auront juste besoin d’atteindre 80 pour cent de leurs résultats d’apprentissage et que leur « année scolaire » n’était pas en danger.

Les étudiants ne payent pas 100 pour cent des frais de scolarité pour recevoir 80 pour cent d'apprentissage. Les membres du personnel scolaire sont passionnés par les matières qu’ils enseignent et soucieux d'assurer la réussite de leurs étudiants. Nous voulons revenir dans nos classes, les bibliothèques et recommencer à conseiller nos étudiants. Mais pour y parvenir, nous avons besoin que le Conseil retourne à la table en étant prêt à négocier.

Au lieu de cela, les collèges et le Conseil s’obstinent à refuser de changer de position, même en ce qui concerne les enjeux qui n'ont pas d’incidence monétaire, mais qui permettraient d’améliorer les services et l'apprentissage pour les étudiants, tels que la liberté académique et une meilleure sécurité d'emploi pour le personnel scolaire contractuel. Le Conseil n’a déposé aucune offre qui réponde à nos enjeux importants en matière de qualité et d'équité.

Pourquoi a-t-il forcé la grève?

Pourquoi le Conseil a-t-il obligé les étudiants à subir une grève s'il croyait vraiment pouvoir l’éviter en procédant à un vote en septembre? Pourquoi le Conseil laisse-t-il continuer cette grève alors qu'il pourrait organiser un vote et (sans doute) y mettre fin maintenant? Il n'y a qu'une seule réponse possible : le Conseil sait pertinemment que son offre finale est inacceptable.

Prenez la dernière offre du Conseil. Mettez-la côte à côte avec les propositions du personnel scolaire à collegefaculty.org. Comparez notre analyse « toujours plus de désinformation et de double langage » avec l’offre du Conseil. Vous constaterez que le Conseil a dissimulé une série de pièges dans son offre qui décimeraient l'effectif du personnel scolaire et aggraveraient encore davantage nos conditions de travail.

Nous sommes aux côtés des étudiants

Nous encourageons tous nos étudiants à venir nous rencontrer sur les piquets de grève, à ne pas hésiter à nous parler et à nous poser des questions afin de savoir pourquoi notre action est si importante pour eux. Nous sommes sur les piquets de grève afin de bâtir un réseau collégial de haute qualité qui traite équitablement chaque membre du personnel scolaire afin que nous puissions dispenser l'excellente éducation que les étudiants méritent. Appelez votre président de collège et demandez-lui d’agir pour inciter le Conseil à revenir à la table des négociations.

Au Conseil, nous disons, si vous estimez que vous ne pouvez pas présenter une meilleure offre, alors soumettez-la à un vote. En vertu de la Loi sur la négociation collective dans les collèges, vous avez l’autorité d’organiser un scrutin à n'importe quel moment. Il y a, cependant, une meilleure manière de conclure un accord : revenir à la table et négocier.

Cessez de pratiquer l'obstruction. Cessez de vous dérober. Cessez de désinformer. Négociez maintenant.