Skip to content

En cette Journée internationale de sensibilisation à la maltraitance envers les aînés, le SEFPO demande de solides soins publics aux aînés

Senior woman shopping
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Quel que soit l’âge, la maltraitance est une tragédie, laissant dans son sillage souffrances et douleurs. Les personnes âgées victimes de mauvais traitements et de négligence souffrent en plus de se sentir invisibles; en effet, la maltraitance envers les personnes âgées est à peine reconnue et à peine prise en compte.
 
Au fur et à mesure du vieillissement de la population mondiale et de besoins en matière de soins de plus en plus complexes, la maltraitance des personnes âgées pourrait devenir encore plus fréquente et plus pernicieuse.
 
Pour aider à donner l’alarme, l’ONU a déclaré le 15 juin Journée internationale de sensibilisation à la maltraitance envers les aînés.
 
Le SEFPO, qui représente des dizaines de milliers de travailleurs de première ligne qui viennent en aide aux personnes âgées à leur domicile, dans les établissements de soins de longue durée, dans les hôpitaux et dans le secteur public, demande aux gouvernements de tous les paliers d’agir.
 
En Ontario, un premier pas dans la bonne direction serait de garantir que les personnes âgées vivant dans des foyers de soins de longue durée reçoivent un minimum de quatre heures de soins directs par jour. Il est temps que le gouvernement Ford agisse et adopte la Loi de 2017 sur le temps alloué aux soins.
 
Les gouvernements doivent également s’engager à fournir de bons soins publics aux personnes âgées.
 
Les entreprises privées offrant des soins aux personnes âgées rognent depuis longtemps sur les dépenses, manquent de personnel et de reddition de comptes, créant les conditions propices à l’abus et à la négligence chroniques et systémiques des personnes âgées.
 
Les soins publics aux personnes âgées, par contre, accordent la priorité aux gens, pas aux profits. 
 
Les personnes âgées de notre pays et de la province ont aidé à bâtir notre société. Nous ne leur devons rien de moins que des soins sécuritaires et respectueux tandis que nous leur emboîtons le pas.
 
Solidairement,
 
Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO
Eduardo (Eddy) Almeida, premier vice-président/trésorier du SEFPO