Traitement des enfants bannière

Vote massif des professionnels de One Kids Place en faveur d’un mandat de grève

OPSEU Kids Matter / SEFPO Nos enfants comptent
Facebook
Twitter
Email

North Bay – Quelque 73 professionnels représentés par l’OPSEU/SEFPO à One Kids Place ont donné un mandat de grève convaincant à leur équipe de négociation. En tout, 97 % ont voté en faveur d’un arrêt de travail, le cas échéant.

« Un solide vote de grève est un outil puissant pour l’équipe de négociation », a déclaré le président de l’OPSEU/SEFPO, Warren (Smokey) Thomas. « Ça dit à l’employeur que les membres appuient leur équipe, même si une grève doit s’ensuivre. Cela montre clairement que l’employeur est sur la mauvaise piste. »

Le personnel professionnel de One Kids Place (OKP) est sans contrat depuis le 31 mars 2021. La vice-présidente régionale de l’OPSEU/SEFPO, Tara Maszczakiewicz, affirme que la plupart des enjeux ont fait l’objet d’une entente, à l’exception du nouveau modèle de l’employeur concernant les horaires de travail.

« Les employés d’OKP suivent des horaires flexibles depuis longtemps pour répondre aux besoins des clients », a déclaré Mme Maszczakiewicz. « L’employeur veut maintenant imposer un modèle avec travailleurs occasionnels, où les heures peuvent changer de jour en jour et de semaine en semaine, avec une capacité limitée en matière de flexibilité des horaires. »

« La plupart de nos membres sont des dispensateurs de soins principaux », a ajouté Mme Maszczakiewicz. « Le modèle de l’employeur bouleverserait la vie des membres et affecterait les services qu’ils dispensent aux enfants dont ils s’occupent. C’est inacceptable et nous ne bougerons pas sur ce point. »

OKP offre aux enfants des soins de réadaptation dans huit domaines principaux, dont l’ergothérapie, l’orthophonie, la physiothérapie et l’autisme. Le personnel est tenu en haute estime par les clients pour leur professionnalisme, leur compassion et leur engagement.

« Ces professionnels qualifiés se soucient profondément du bien-être des enfants dont ils s’occupent et de leur communauté. Ils sont passionnés par leur travail », a déclaré le premier vice-président/trésorier de l’OPSEU/SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida. « Tout ce qu’ils demandent, c’est une petite marge de manœuvre pour s’occuper aussi de leur propre famille, comme ils le font depuis des années. Venir tout chambarder maintenant n’a aucun sens. C’est injuste pour le personnel et pour les enfants dont ils s’occupent. »

Monsieur Thomas a mis en évidence l’énorme tort que fait l’employeur aux enfants qui dépendent de One Kids Place. Modifier les conditions de travail est une épée à double tranchant.

« Lorsque ces membres choisissent des horaires flexibles, 90 % du temps c’est pour accommoder la famille des clients. Lorsque des horaires rigides sont imposés, le personnel s’en va tout de suite après avoir fait leurs heures. Comment cela aide-t-il l’enfant qui a besoin d’aide à 6 h ou à 22 h?

« Le message? S’il n’y a rien de cassé, il n’y rien à réparer. Laissez donc tomber cette revendication absurde. Ne privez pas les enfants des services dont ils dépendent simplement pour vous arroger des pouvoirs irréfléchis. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931, OPSEUCommunications@opseu.org