Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Les Ontariennes et Ontariens n’aiment toujours pas vivre dans la nation Ford, selon un sondage commandé par le SEFPO

Queen's Park
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Un nouveau sondage, qui a été effectué pour le SEFPO, montre que près de 60 pour cent des répondants n’aiment pas vivre en Ontario avec Doug Ford en tant que premier ministre. Même les partisans conservateurs émettent des réserves son égard.

Selon le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, le sondage, mené par la firme Innovative Research, est une autre preuve que Ford navigue à contre-courant et que les Ontariennes et Ontariens n’aiment pas la direction qu’il prend.

« Ce sondage confirme ce qu’on nous dit chaque jour », déclare le président Thomas. « Les Ontariens et Ontariennes n’aiment pas avoir un premier ministre qui s’attaque aux enfants autistes et à nos systèmes de santé et d’éducation et qui ne pense qu’à récompenser sa bande d’acolytes. »

« Doug, quand allez-vous commencer à réellement écouter “le peuple“? »

Le sondage, qui a été mené auprès de 600 personnes, du 18 au 28 avril, avec une marge d’erreur de +/- 4 pour cent, montre également que des répondants qui s’identifient comme progressistes-conservateurs ont plus que des réserves au sujet de Ford.  À peine la moitié (52 pour cent) pensent que Ford est le meilleur choix du parti en tant que premier ministre.

« Les députés du caucus de Doug Ford devraient en prendre bonne note », a déclaré le président Thomas.  « Vos partisans n’approuvent pas les décisions prises telles que la privatisation de la vente de cannabis ou la vente de bière et de vin dans les dépanneurs. »

« Vous ne devriez plus avoir peur des contremaîtres de Ford, tels que Dean French, et défendre vos commettants au caucus et à l’Assemblée législative lorsqu’il s’agit d’adopter ses projets de loi. »

Le SEFPO a posé plusieurs questions dans ce sondage de portée générale, dont les résultats montrent que :

  • 77 pour cent des Ontariennes et Ontariens s’inquiètent des coupes dans les services publics,
  • 52 pour cent désapprouvent le fait que Doug Ford nomme ses amis et acolytes à des postes au gouvernement, et
  • 38 pour cent estiment que le budget récent du gouvernement Ford aggravera leur situation et seulement sept pour cent estiment que le budget les aidera.                                                                                                   

Les résultats sont en ligne avec un sondage commandé l’an dernier par le SEFPO et qui classait Doug Ford comme l’un des plus grands problèmes auxquels est confronté l’Ontario.

« Je n’ai pas encore trouvé un sondage dans lequel les Ontariennes et Ontariens disent que Doug Ford prend la bonne direction », a déclaré le président Thomas.  « Les sondages ne sont peut-être qu’un instantané, mais il y a assez de clichés d’Ontariennes et d’Ontariens mécontents pour remplir nombre d’albums de photos. »

« Il y a beaucoup de bonnes personnes dans le caucus conservateur qui sont en politique pour la bonne raison. Il est temps qu’elles tirent sur la laisse et rappellent à l’ordre leur pit-bull de premier ministre et son chef de cabinet chicaneur et pleurnicheur, Dean French, car ils sont en train de semer le chaos. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931