Skip to content

Selon le sondage, les Ontariens estiment que réduire les services ne permettra pas de réduire le déficit

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Un nouveau sondage conduit pour le SEFPO a révélé que près de trois quarts des Ontariens ne veulent pas que le gouvernement réduise le déficit post-pandémie en coupant dans les services publics. 

Le sondage de Nanos Research a permis d’établir que la majorité des Ontariens sont en faveur d’un alourdissement des impôts des sociétés et des riches pour couvrir un déficit que l’on s’attend de voir augmenter en raison de la pandémie. Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, a dit que la COVID-19 nous avait rappelé à tous et à toutes combien les services publics sont importants dans nos vies. 

« Ce sondage nous révèle des changements énormes en Ontario », a déclaré le président Thomas. « Cela fait des années que nous sommes assaillis de discours de politiciens attisant nos craintes au sujet du déficit et promettant de couper, couper et recouper. »  

« Mais la pandémie a bien montré que derrière chaque coupure se cachent souffrances et morts. Et les gens en ont assez », a encore dit M. Thomas. « Ils disent qu’il est temps que les sociétés et les riches investissent leur juste part dans notre province. » 

Le sondage effectué auprès de 1 017 Ontariens, conduit par Nanos Research entre le 24 et le 27 mai derniers, avec une marge d’erreur de plus ou moins 3,1 pour cent, 19 fois sur 20, a révélé que 72 pour cent des répondants « sont opposés » ou « sont plutôt opposés » à la réduction du déficit au moyen de « coupures dans les services publics, tels que les services sociaux, la formation professionnelle, l’application des règlements, etc. » 

Au lieu de ça, 81 pour cent « soutiennent » et « soutiennent plutôt » un alourdissement du fardeau fiscal des riches, tandis que 76 pour cent « soutiennent » et « soutiennent plutôt » l’alourdissement du fardeau fiscal des entreprises. Le sondage a également révélé que les Ontariens désirent sérieusement que le gouvernement se concentre sur la création d’emplois. Quatre-vingt-onze pour cent des répondants ont dit que la création d’emplois devrait être une priorité, tandis que 96 pour cent veulent que le gouvernement encourage les entreprises à  fabriquer des produits essentiels ici chez nous. 

« L’Ontario est une province exceptionnelle, peuplée de gens exceptionnels. Nous sommes en mesure de créer de nombreux emplois, de créer des débouchés et de créer de la richesse », a déclaré le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida. « Et ce sondage nous le dit clairement. Les gens réalisent bien que les emplois tant du secteur public que privé stimulent l’économie. »  

« Les gens veulent un gouvernement qui crée, pas qui coupe. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931

Les résultats du sondage Nanos seront publiés vendredi à l’adresse www.sefpo.org et à l’adresse www.nanos.co.