Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Les collèges de l'Ontario cherchent à provoquer une grève provinciale, selon le SEFPO

feature_image_press_release.jpg
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

TORONTO – Le Conseil représentant les collèges communautaires de l'Ontario refuse de négocier de bonne foi en jouant une carte qui pourrait gravement nuire à quelque 200 000 étudiants à temps plein, a déclaré le syndicat représentant les 9 000 membres du personnel scolaire.

« Depuis que je suis activiste du travail, j'ai rarement vu un comportement aussi arbitraire, hypocrite et franchement non démocratique de la part des négociateurs des collèges communautaires », nous dit Warren (Smokey) Thomas, président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario.

« Vu le refus des collèges de négocier de bonne foi, le syndicat n'a d'autre choix que de demander un mandat de grève à ses membres.  Nous ne voulons pas perturber l'année scolaire; toutefois, c'est une gifle en pleine figure pour les éducateurs.  Du jamais vu auparavant. »

Les négociateurs du SEFPO disent que l'employeur du personnel scolaire – le Conseil de la rémunération et des nominations dans les collèges (« le Conseil ») – a manqué à sa promesse d'améliorer la qualité de l'éducation pour les étudiants.  Le Conseil était membre du groupe de travail sur la charge de travail présidé par une personne de l'extérieur qui avait examiné la charge de travail, la liberté académique et la qualité de l'éducation suite à une grève du personnel scolaire de trois semaines en 2006.  Le groupe a publié un rapport unanime en mars 2009.

« Si ce soi-disant contrat nous est imposé, comme le Conseil dit qu'il va l'être, un membre du personnel scolaire sur cinq en Ontario verra sa charge de travail augmenter de façon invraisemblable.  La qualité de l'éducation en Ontario en souffrira énormément, à un moment où l'économie est tourmentée et où nous avons besoin d'une main-d'œuvre mieux éduquée pour faire face aux défis globaux », nous dit Ted Montgomery, président de l'équipe de négociation du SEFPO et président de la section locale 560 du Collège Seneca, à Toronto.

En vertu de la nouvelle Loi sur les négociations collectives dans les collèges (LNCC), le Conseil peut demander au personnel scolaire de voter sur son offre.  Les négociateurs du SEFPO ont invité le Conseil à le faire, mais leurs négociateurs ont carrément refusé.

« Leurs négociateurs savent bien qu'une telle offre serait refusée par la majorité », ajoute Ted Montgomery.

Le syndicat s'oppose également vivement à la décision arbitraire du Conseil de retirer sa participation au sein des comités de consultation patronale-syndicale provinciaux qui s'occupent des demandes de règlement des membres, des relations avec les employés et de l'arbitrage des griefs, interrompant efficacement la résolution ordonnée des différends opérationnels.

« Ces actes n'ont rien à voir avec la négociation collective ou la convention collective.  C'est de l'antisyndicalisme à son apogée », ajoute Thomas.

De son côté, le SEFPO cherchait simplement à aligner sa position sur les récents règlements salariaux offerts aux autres éducateurs du postsecondaire.

Pour de plus amples renseignements :

Ted Montgomery, président, équipe de négociation du SEFPO, 416-578-4255

Janet Wright, négociatrice du SEFPO, 416-788-0994