Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le gouvernement de l'Ontario doit joindre le geste à la parole, a dit le président du SEFPO

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, demande aux libéraux d’agir en mettant l'accent, dans le budget provincial de cette année, sur les investissements nécessaires au niveau des services publics de l'Ontario.

Toute la semaine dernière, le gouvernement de l’Ontario a fait des allusions prébudgétaires au sujet de certains investissements envisagés dans le budget, qui devrait avoir quelque chose pour tout le monde vu que les élections auront lieu en juin prochain. Selon Monsieur Thomas, mieux vaut tard que jamais.  

« Après 15 ans d’austérité, nous avons tous atteint le point de rupture », a-t-il déclaré. « Nous savons qu’il est possible d’avoir un meilleur budget en Ontario. Mercredi prochain, nous verrons à quel point le gouvernement veut faire de notre province un endroit où il fait bon grandir, vivre, travailler et, un jour, prendre sa retraite. Ce budget pourrait être le plus important des dernières décennies; il pourrait inverser la tendance juste à temps pour les élections. »

Le SEFPO, qui représente 155 000 travailleurs dans les secteurs publics et parapublics de l’Ontario, demande au gouvernement de prendre des mesures dans trois domaines prioritaires :

  • Investir dans nos communautés, en investissant dans les services publics
  • Soutenir les services publics et mettre fin aux projets de privatisation coûteux
  • Améliorer l’équité pour tous les travailleurs

« Nos services publics manquent de personnel et de ressources depuis plus d’une dizaine d’années, et les Ontariens en ont assez », a déclaré Monsieur Thomas. « Ils souffrent parce que nos services publics essentiels manquent tout simplement de ressources. Un si grand nombre de travailleurs en Ontario sont confinés à des emplois à temps partiel précaires, surchargés et mal protégés. C'est dangereux et ce n'est définitivement pas équitable. »

« Il est temps de joindre le geste à la parole; nous devons investir dans notre secteur public », a insisté Monsieur Thomas. « Nous devons arrêter de gaspiller notre argent sur des projets de privatisation coûteux, comme par exemple  la liquidation d’Hydro One. Nous devons arrêter de sous-traiter nos services publics, parce que quand on accorde une plus grande importance aux profits qu’aux gens, les services publics souffrent. Il est temps de retrouver le sentiment de fierté que nous avions à l’égard du secteur public, et c’est ce que nous espérons voir dans le budget cette semaine. »

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas 613-329-1931