Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Lettre ouverte aux députés conservateurs

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas a envoyé une lettre ouverte à tous les membres du caucus conservateur, les priant instamment de défendre les droits des Ontariens garantis par la Charte en votant contre le recours à la clause de dérogation pour réduire la taille du Conseil municipal de Toronto.

Voici le texte intégral de sa lettre :

Le 13 septembre 2018

Cher membre du caucus conservateur,

Je vous écris aujourd’hui parce que l’Ontario se trouve à un tournant décisif majeur. Avec le vote libre imminent sur le projet de loi concernant le Conseil municipal de Toronto, vous et vos collègues du caucus conservateur déciderez de l’avenir de l’Ontario.

Allez-vous céder votre pouvoir à Doug Ford pour lui permettre de nous faire basculer dans la politique de chaos et de crainte qui cause tant de peine et de destruction au sud de nos frontières?

Ou vous servirez-vous de votre pouvoir pour défendre les traditions conservatrices solides fondées sur des principes qui vous ont incité, au départ, à servir le public?

Je ne doute pas que vous et la plupart de vos collègues du caucus êtes des personnes dévouées, entrées en politique pour les bonnes raisons. Je connais personnellement un grand nombre d’entre vous et je sais que vous voulez simplement faire de l’Ontario un endroit où il fait mieux vivre, et qui prospère. Même lorsque nous avons été en désaccord sur des questions particulières, nos différences d’opinion ont toujours été constructives et empreintes de respect.

Mais aujourd’hui, tandis que des citoyens dévoués se font expulser de l’assemblée législative menottes aux poings, il est clair que notre démocratie court le risque de perdre respect et constructivisme.

Aujourd’hui, je vous prie instamment de regarder profondément dans vos cœurs et de vous poser cette simple question, est-ce le genre de gouvernement dont je veux faire partie? Est-ce vraiment ce à quoi je m’attendais lorsque j’ai pris la décision difficile de me porter candidat?

Je suis certain que cela n’a pas été facile.

Vous et votre parti avez dû endurer une course à la tête du parti précipitée et biaisée, qui a donné à Doug Ford la plus petite des majorités.

Et puis, il y a eu l’enquête criminelle sur le vol des données personnelles, laissant sans réponse de nombreuses questions légitimes à propos de la quantité de ces données qui avaient été utilisées pour appuyer la campagne électorale de M. Ford.

Et maintenant, vous avez un leader qui est conseillé et guidé par un petit groupe d’anciens initiés de M. Harper, apportant avec eux une politique destructive glaciale et cynique qui aurait peut-être fonctionné en Alberta, mais qui laisse la plupart des Ontariens mal à l’aise et dégoûtés.

Qu’est-ce que Ford et les partisans de Harper font quand ils ne parviennent pas à leurs fins? Que font-ils lorsqu’un juge leur dit qu’il n’est pas juste de punir les ennemis de l’ancien Conseil municipal de Toronto en charcutant les différents quartiers à juste quelques semaines des élections? Ils privent des millions de personnes de leurs droits constitutionnels en abusant d’une clause de dérogation rarement utilisée.

La clause n’a en fait jamais été invoquée en Ontario. Même Bill Davis, qui est parmi les premiers ministres conservateurs les plus respectés de l’histoire de l’Ontario et un des principaux architectes de la Charte des droits et libertés, dit que recourir à la clause dans cette situation serait une grave erreur.

Heureusement, vous avez le pouvoir de faire en sorte que cette erreur ne se commette pas. Le vote sur le projet de loi 5 est un vote libre. Cela signifie que vous avez le pouvoir de contrôler les pires impulsions de votre leader. Vous avez le pouvoir de l’empêcher de bafouer nos droits et de détruire notre démocratie.

Si vous ne reprenez pas votre pouvoir maintenant, vous n’en aurez jamais plus l’occasion. Vous montrerez à M. Ford et à ses conseillers que votre caucus n’est guère plus qu’un troupeau de moutons. Qui sait quels autres dégâts la Nation Ford prévoit après ça?

Quatre ans peuvent sembler longs. Mais ces années passeront vite, et vous vous trouverez une fois de plus face à vos électeurs avant même de vous en rendre compte. Pourrez-vous les regarder droit dans les yeux et leur dire que vous allez utiliser votre pouvoir à bon escient?

Pour notre bien à toutes et à tous, je l’espère.

Veuillez agréer, Cher membre du caucus conservateur, mes salutations distinguées.

Warren (Smokey) Thomas
Président, Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931