Skip to content

Les membres des Services correctionnels à la FPO préfèrent négocier seuls

Selon les résultats d’une consultation à l’étendue de la province, le personnel des Services correctionnels membres du SEFPO et partie de la Fonction publique de l'Ontario préféreraient avoir leur propre unité de négociation.

Les 16 et 17 décembre derniers, les membres du SEFPO qui font actuellement partie de l’Unité de négociation des Services correctionnels actuelle ont voté à 98 pour cent en faveur de l’établissement de leur propre unité de négociation pour négocier tous les enjeux. Soixante-dix-huit (78) pour cent des membres de l’Unité de négociation unifiée qui travaillent dans des lieux de travail des Services correctionnels ont déclaré qu’ils se joindraient à une unité de négociation des services correctionnels autonome, si on leur en donnait le choix.

Le vote a fait partie d’une consultation instituée par le Conseil exécutif du SEFPO pour examiner les structures de négociation du syndicat. Les résultats du vote ne sont pas contraignants.

En vertu de la Loi sur la négociation collective des employés de la Couronne (LNCEC), les membres du SEFPO à la FPO négocient certains enjeux, tels que les prestations et les avantages et les indemnités de départ, à une table centrale. Ils négocient les autres enjeux, tels que les salaires et la formation, soit à la table des services correctionnels soit à la table de l’unité unifiée. Tout changement à cette structure exigerait d’amender la LNCEC, et seule l’Assemblée législative de l’Ontario est en mesure d’apporter de tels changements.

Le processus de consultation du syndicat est séparé et distinct de la négociation actuellement en cours entre l’équipe de négociation des Services correctionnels du SEFPO et le gouvernement.

Tous les résultats du vote, y compris la répartition par classification d'emploi, sont disponibles ici

corrections_consultation_results_image_fr.png