Skip to content
ops_opseu_french_banner.jpg

Le rassemblement de solidarité de la FPO un grand succès!

À la veille du budget provincial, environ 2 000 employés syndiqués de la Fonction publique de l'Ontario se sont rassemblés dans une manifestation de solidarité sans précédent à l’heure du déjeuner à l'extérieur de Queen’s Park. Ils avaient un message commun pour le gouvernement Kathleen Wynne : faire preuve de respect et d'équité à vos employés qui travaillent dur.

Les membres de l'Association des avocats de la Couronne (AAC), du SEFPO, et de l’IPGO (Ingénieurs professionnels du gouvernement de l'Ontario) se sont rassemblés aux côtés des membres de l’AEGAPCO qui font face à des coupures profondes à leur convention collective. Les présidents des quatre syndicats ont parlé à la foule.

Le gouvernement veut éliminer les soins paramédicaux et la protection du revenu à long terme et réduire la progression des salaires pour les membres de l’AEGAPCO. Si ces concessions ne sont pas repoussées, elles seront probablement présentées aux tables de négociation des autres syndicats, y compris le SEFPO. La convention collective du SEFPO expire à la fin de décembre et les négociations devraient commencer en novembre.

« L'employeur continue à montrer de l'agressivité implacable quand il s'agit de notre contrat, » a déclaré Gary Gannage, président de l’AEGAPCO. « Je suis ici pour dire à la première ministre : nous nous rassemblons tous ensemble pour la première fois comme employés de la FPO pour mettre fin à l'assaut de l'employeur à nous tous. »

Un contingent des membres du SEFPO d'au moins 10 sections locales de la FPO différentes du centre-ville de Toronto sont venus pour montrer leur appui à l’AEGAPCO.

« Les 130 000 membres de mon syndicat présentent des salutations de solidarité à l’AEGAPCO : nous sommes avec vous, » a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas.

Les fuites aux médias à l'avance du budget provincial suggèrent que les libéraux dévoilent quelques éléments de la politique qui sont progressifs, avec la promotion continue de la privatisation comme un moyen de générer des revenus.

Le président Thomas a dit que le SEFPO est préoccupé par le programme de privatisation des libéraux et son traitement brutal de l’AEGAPCO.

« Je ne connais pas beaucoup de membres qui font la grève pour une augmentation de salaire de 2 ou 4 pour cent, mais je sais que tous les travailleurs feront grève pour leurs emplois et contre la privatisation qui menace l'ensemble de nos emplois, » a-t-il ajouté.

L'employeur a demandé un « rapport recommandant de ne pas instituer de commission de conciliation » qui déclencherait un lock-out légal par l'employeur ou une grève par de l’AEGAPCO dans un délai de 17 jours.

Le président Thomas a dit aux participants du grand rassemblement aux grandes acclamations que si l’AEGAPCO fait la grève ou se trouve en lock-out, les membres du SEFPO ne feront pas le travail des grévistes et respecteront toutes les lignes de piquetage.

« Kathleen Wynne : soyez sympa, » a déclaré le président Thomas. « Vous devriez avoir honte de vous-même. »

À la fin du rassemblement, les quatre dirigeants ont signé le Pacte de solidarité de la FPO afin de protéger les services publics et d’assurer de bons emplois, des contrats équitables, des salaires décents et des avantages sociaux convenables pour les employés, les retraités et leurs familles. La foule scandait « La solidarité, ça marche » pendant plusieurs minutes lorsque les dirigeants signaient le pacte.

Cliquez ici pour télécharger le communiqué de l’AEGAPCO pour le grand rassemblement.