Skip to content
2014-10_fr_ops_bargaining_we_can_do_it_page_banner_c.jpg

Tour de table de la FPO 2015 - numéro 21 - Formulaire de médicaments étagé : sanctionner ceux qui ont le plus besoin des médicaments

La principale raison pour laquelle votre équipe de négociation a rejeté le formulaire de médicaments proposé par l'employeur est parce qu'il pourrait pénaliser gravement ceux qui ont généralement le plus besoin des médicaments : les retraités, les malades et ceux qui ont besoin de prendre des médicaments prescrits pour rester en bonne santé et mener une vie normale.

L'employeur affirme qu'il économiserait des millions de dollars grâce à ce nouveau formulaire de médicaments. Il laisse entendre que cet argent pourrait être utilisé pour édulcorer d'autres propositions qui font l'objet des négociations.

Il est choquant que le gouvernement puisse même penser que nos membres pourraient souscrire à une telle proposition. L'objectif du SEFPO est d'œuvrer pour améliorer la qualité de vie de l'ensemble de ses membres, mais pas de faire des gains pour certains sur le dos de ceux qui en ont le plus besoin.

Actuellement, l'employeur paie 90 pour cent du coût du médicament.  Selon la proposition de l'employeur, un groupe d'experts indépendants estimerait si le coût du médicament est justifié. Si le groupe d'experts n'aime pas le médicament qui vous a été prescrit par votre médecin, vous serez moins bien remboursé.  Dans certains cas, vous ne seriez remboursé que 20 pour cent du coût du médicament. Selon la proposition de l'employeur, les participants au régime, et les retraités en particulier, pourraient se retrouver soudainement avec des factures de médicaments de plusieurs milliers de dollars.

Le gouvernement affirme qu'un participant au régime pourrait faire appel de la décision du groupe d'experts, ce qui est ridicule. Vous et votre médecin auriez à démontrer pourquoi le médicament prescrit est approprié. Un processus qui pourrait être long et coûteux. De plus, vous auriez à payer votre médecin pour le temps qu'il consacre à défendre sa décision. Quand vous êtes malade, ce n'est certainement pas à ça que vous voulez consacrer votre temps.

La véritable solution serait d'inclure les médicaments dans notre régime national d'assurance-maladie.  Si le gouvernement fédéral achetait les médicaments en gros pour l'ensemble du pays, on estime que les Canadiens économiseraient sept milliards de dollars par année sur les coûts des médicaments.

Mais en attendant, nous voulons un régime d'assurance-médicaments équitable pour tous les membres et retraités du SEFPO.

Téléchargez ce numéro de Tour de table