Skip to content
2014-10_fr_ops_bargaining_we_can_do_it_page_banner_c.jpg

Tour de table 2016 Numéro 45 – Le gouvernement enquête sur les incidents liés aux négociations

Votre équipe de négociation des Services correctionnels a encore rencontré l’employeur le 4 février dernier. Dans le cadre de la réunion, l’employeur a mentionné qu’il avait considérablement réduit le nombre d’incidents identifiés à la réunion du 21 janvier 2016. Les incidents présumés auraient eu lieu pendant la dernière ronde de négociations.

Toutefois, l’employeur a refusé de laisser tomber un certain nombre d’incidents présumés qui pourraient, selon lui, avoir des implications criminelles ou sur le plan des droits de la personne, ou relever du projet de loi 168 (violence et harcèlement au travail).

Compte tenu du climat de mauvaise volonté créé par le gouvernement dans la situation de crise qui sévit au sein des services correctionnels, votre équipe de négociation espérait un large geste de réconciliation. Nous estimons que le gouvernement devrait laisser tomber toutes les questions de discipline liées à la négociation et qu’aucun de nos membres ne devrait faire l’objet de mesures disciplinaires pour des événements survenus pendant cette ronde de négociations.

Aucune entente n’a été conclue relativement aux questions de discipline et aucune autre réunion n’a été prévue pour en parler. Toutes les questions de discipline seront traitées conformément à la procédure de règlement des griefs décrite dans la convention collective.

Questions renvoyées à l'arbitre

Dans le protocole d'entente du 9 janvier dernier, les parties avaient accepté de renvoyer tous les litiges en suspens à la médiation/arbitrage, avec Kevin Burkett comme arbitre. Les questions en suspens envoyées à l’arbitrage étaient les suivantes :

  1. un rajustement salarial spécial pour 2016 pour tous les membres de l’Unité de négociation des Services correctionnels;
  2. un rajustement salarial spécial pour 2017 pour tous les membres de l’Unité de négociation des Services correctionnels; et
  3. la progression dans les échelles de salaire.

Le syndicat et l’employeur ont désormais fixé des dates à la mi-mars et au début d'avril pour régler les détails du renouvellement de la convention collective.

Votre équipe de négociation offrira son soutien au personnel de recherche du SEFPO. Elle présentera les arguments du syndicat et un exposé sur les questions encore en litige. Ayant appuyé les équipes de négociation de la FPO tout au long de cette ronde de négociations, le personnel est familier avec les questions abordées et est qualifié pour faire des présentations pendant une séance d’arbitrage de différends.

L’arbitre prendra en compte tous les facteurs qu'il juge pertinents, y compris, mais sans s’y limiter, les conditions de travail courantes, le niveau des effectifs et le différentiel des salaires pour du travail de nature similaire dans d’autres juridictions canadiennes.

La décision de l’arbitre est définitive et a force obligatoire. Elle sera appliquée avec tous les rajustements rétroactifs nécessaires.

Nous réalisons que cette ronde de négociations a été longue et ardue, mais nous devons nous rappeler que cette étape nous rapproche de notre objectif. Nous apprécions votre patience et votre soutien continu.

Solidairement,

Votre équipe de négociation des Services correctionnels

Téléchargez ce numéro de Tour de table

Connexe : Page d’index Services correctionnels en état de crise