Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le SEFPO alerte la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario sur la possibilité de relations suspectes en lien avec le cannabis

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Toronto – Warren (Smokey) Thomas, le président du SEFPO, a envoyé une lettre à la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO) concernant des activités suspectes sur les marchés boursiers impliquant des entreprises de cannabis.

Le président Thomas a écrit à la présidente et chef de la direction de la CVMO, Maureen Jensen, pour l’informer de la possibilité que certaines personnalités importantes, qui sont proches des conservateurs, aient utilisé des informations privilégiées pour faire des profits grâce à la décision du gouvernement Ford permettant aux détaillants privés de vendre du cannabis aux adultes.

« Il est difficile de savoir ce qui se passe réellement », a déclaré le président Thomas. « Mais il n’y a pas de fumée sans feu et ce n’est pas le genre de fumée que les Ontariens et Ontariennes veulent respirer. »

Le premier ministre Ford a surpris tout le monde, à la fin du mois de juillet, en annonçant que le secteur privé serait chargé de la vente au détail du cannabis, une brusque volte-face par rapport à ses commentaires des semaines précédentes où il avait déclaré être plutôt en faveur du modèle public de vente au détail, qui avait été mis sur pied par le gouvernement précédent.

Quelques semaines seulement avant la volte-face de Doug Ford, on apprenait que Canopy Growth avait acheté l’entreprise de cannabis Hiku pour 250 millions de dollars, ce qui a représenté une prime de 33 pour cent pour les actionnaires de Hiku.

Le SEFPO soutient qu’il est possible que des individus aient pu être déjà au courant que Doug Ford allait changer de cap.

« Inutile de dire que les délits d’initié ou les utilisations d’informations privilégiées érodent la confiance du public dans les marchés financiers », a écrit le président Thomas dans sa lettre qui a été envoyée mercredi.  « Vous, et votre équipe, avez le devoir d’enquêter et de rassurer les Ontariens et Ontariennes », ajoute-t-il.

Le SEFPO souhaite que la CVMO détermine si quiconque détenait des informations privilégiées et a réalisé des profits illicites.

« La nécessité d’ouvrir une enquête est évidente », a écrit le président Thomas dans la lettre. « Les citoyens, ainsi que les investisseurs, qui ne jouissent pas de relations privilégiées avec le premier ministre en poste, doivent savoir si le marché est vraiment libre, équitable et efficient. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, 613-329-1931