Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le SEFPO demande un plan d'action fédéral/provincial pour aider les étudiants de niveau postsecondaire avec les frais de scolarité

Toronto – Le Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario (SEFPO) exhorte les gouvernements fédéral et provinciaux à travailler de concert afin de mettre en place un plan d’action national pour aider les étudiants de niveau postsecondaire avec les frais de scolarité pour l’année scolaire à venir.

Les collèges et universités de l’Ontario font face à un futur incertain en raison d’une baisse potentielle du nombre d’inscriptions des étudiants canadiens et internationaux.

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, dit qu’il y a une double nécessité : aider nos étudiants et préserver l’intégrité de nos établissements d’enseignement postsecondaire. « L’Ontario est un chef de file mondial reconnu en ce qui concerne l’éducation postsecondaire. Nos professeurs et notre personnel de soutien sont réputés dans le monde entier pour leur expertise. Nos collèges et universités sont des trésors nationaux qui contribuent à soutenir nos villes et villages d’un bout à l’autre de la province et, bien sûr, du pays. Ils rapportent des milliards à notre économie, forment des esprits brillants et conduisent des travaux de recherche inestimables. Il incombe aux deux paliers de gouvernement de soutenir et d’élargir le rôle significatif que jouent ces institutions canadiennes.  L’avenir même de la nouvelle économie émergente est entre leurs mains. »

Le président Thomas a souligné le fait qu’un plan d’action national devrait en outre couvrir les frais de scolarité des étudiants adultes qui doivent se recycler et des travailleurs qui ont subi les conséquences de la pandémie. 

« Cette crise a bouleversé le paysage de l’emploi et des milliers de travailleurs ont perdu leur travail », a déclaré le président Thomas. « Et bien que je félicite le premier ministre Ford et le premier ministre Trudeau pour l’aide qu’ils ont procurée aux étudiants de l’Ontario jusqu’à maintenant, il reste beaucoup à faire et il faut assurer immédiatement une coordination provinciale et fédérale. »

Afin de s’inscrire pour la session d’automne, les étudiants devront verser un acompte de leurs frais de scolarité dès le mois de juin. Si un programme de soutien des frais de scolarité n’est pas mis en place durant le mois prochain, les établissements d’enseignement postsecondaire de l’Ontario peuvent s’attendre à une baisse importante des inscriptions pour l’année scolaire à venir. Non seulement des centaines de milliers d’emplois actuels sont en péril, mais des millions de futurs emplois risquent en outre de s’évaporer de la nouvelle économie. 

« Nous devons faire en sorte que notre main-d’œuvre actuelle et future puisse acquérir les compétences pour maintenir la croissance de notre économie », a déclaré le président Thomas. « Ce n’est pas un coût, c’est un investissement obligatoire dans l’avenir de notre province et pays. Nos établissements d’enseignement postsecondaire doivent être non seulement préservés, mais également renforcés. Faire moins menacerait gravement notre reprise économique. À cette époque, une économie exsangue nous placerait derrière d’autres juridictions pour une génération. Il faut agir maintenant. »

Renseignements : Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO, 613-329-1931