Skip to content
news_press_releases_french.jpg

Le SEFPO demande la tenue d’un vote de grève dans le cadre des négociations avec la LCBO

feature_image_press_release.jpg
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

TORONTO – L’équipe de négociation pour les 6 000 travailleurs de la LCBO demande à ses membres de leur donner un mandat de grève par un vote massif lors du scrutin qui aura lieu du 20 au 22 mai, cela afin de stimuler les négociations du contrat avec le propriétaire provincial des magasins de vente au détail.

« La revendication centrale de ces négociations est, » « Quel genre d’Ontario voulons-nous? » a demandé Vanda Klumper, la présidente de l’équipe de négociation pour le Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario et une employée auprès de la LCBO à Stratford. « Voulons-nous de bons emplois permanents avec un salaire décent et des avantages sociaux afin que des personnes ordinaires aient des conditions de vie décentes, ou allons-nous accepter des emplois à temps partiel, sans sécurité d’emploi, des emplois jetables qui ne permettent même pas d’élever nos enfants correctement et qui n’offrent aucun espoir pour l’avenir?»

Malgré des profits annuels qui dépassent les 200 000 $ par travailleur, la LCBO a agressivement abaissé les coûts de main d’oeuvre en éliminant des emplois permanents et en les remplaçant par des emplois à bas salaire « occasionnels » sans avantages sociaux et sans garantie du nombre d’heures de travail.

Soixante pour cent des membres du personnel de la LCBO travaillent maintenant comme employés occasionnels avec un revenu annuel moyen de moins de 20 800 $. Les soi-disant employés occasionnels « à terme fixe » au cours de l’été et au mois de décembre gagnent à peine 10 $ de l’heure.

« La semaine passée, notre employeur a présenté une proposition à la table des négociations qui sonnait le glas pour les emplois restants annuels et permanents et à temps plein qu’occupent nos membres en ce moment, » a affirmé Klumper. « Nous n’acceptons pas qu’un employeur qui réalisé des profits aussi élevés que las LCBO ne puisse par nous assurer de bons emplois et nous ne pensons pas que la population de l’Ontario devrait accepter cela non plus. »

Le syndicat va demander au premier ministre de l’Ontario, Dalton McGuinty de montrer son intérêt dans ces négociations, a déclaré le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas.

« M. McGuinty a déclaré son soutien pour de bons emplois pour les familles de l’Ontario dans de nombreuses occasions, » a ajouté Thomas. « Les membres du SEFPO sont ravis d’avoir son soutien. »

Le SEFPO entends revenir à la table des négociations immédiatement après la tenue du scrutin sur le vote de grève. Le syndicat n’a pas fixé de date limite pour les pourparlers.

La convention collective du SEFPO avec la LCBO a expiré le 31 mars 2009.

Pour de plus amples renseignements :
 Randy Robinson, Communications du SEFPO 416-788-9134