Skip to content
news_notices_french.jpg

Observations du SEFPO sur le projet de loi 173

We the North
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Ébauche – Notes d’allocution de Warren (Smokey) Thomas, président du Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario, pour une présentation au Comité permanent des finances et des affaires économiques sur le projet de loi 173, la Loi de 2016 favorisant la création d'emplois pour aujourd'hui et demain (mesures budgétaires).

Édifice Législatif principal, Queen’s Park, Toronto
Le 22 mars 2016, à 9 h

Sous réserve de modifications

Bonjour! Je m’appelle Warren (Smokey) Thomas et je suis le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario. Je suis accompagné aujourd’hui de Clarke Eaton, assistant spécial auprès du président.

Je suis très heureux d'être le premier ce matin à présenter mes observations relativement au projet de loi 173.

Comme vous le savez peut-être, les 130 000 membres du SEFPO travaillent pour un employeur ou un autre qui reçoit des fonds du gouvernement provincial, directement ou indirectement; ainsi, le budget nous intéresse tout particulièrement.

Vous vous souviendrez peut-être que dans mes observations pré-budgétaires du 29 janvier dernier, je m’étais montré sceptique quant à l’utilité de faire connaître mon opinion, craignant que le gouvernement ne soit pas vraiment intéressé à écouter ce que les présentateurs avaient à dire.

Et il s’est avéré que j’avais raison. Au moment de vous parler, en janvier dernier, le budget était déjà rédigé.

Nous ne pouvons nous étonner de voir tant d’Ontariens être si cyniques à l’égard de la politique. Qui veut participer à un processus factice?

Je vous mets au défi de faire de ces audiences un processus véritable. Je vous mets au défi d’écouter ce que les présentateurs ont à dire au cours des trois prochains jours et de réellement prendre en compte leur apport. Je vous mets au défi de proposer de vrais amendements, qui contribueront à améliorer ce budget.

Par dessus tout, je vous mets au défi de rendre ce budget plus équitable.

J’ai beaucoup à dire à propos de ce budget, en allant de ce qu’il signifie pour les services correctionnels et les hôpitaux à la façon dont il affecte les travailleurs précaires et les pauvres. Je pourrais parler d’Hydro One. Ou de l’aide à l’enfance. Ou des soins à domicile. Ou des collèges. Ou de la vente de bière et de vin dans les épiceries.

Mais en cinq minutes, il m’est impossible de toucher tous les articles du budget qui ont un impact sur mes membres. Ainsi, je vais profiter de ces quelques minutes pour proposer un amendement au projet de loi 173.

Un amendement qui assujettirait le budget 2016, et tous les budgets à venir, à un test d’équité.

Laissez-moi vous dire pourquoi c’est important.

Tout d’abord, l’équité est une question de grande importance de nos jours. Nous vivons dans un monde injuste.

En 2008, on a assisté à un sauvetage des banques alors que des gens ordinaires perdaient leur maison.

En 2011, le mouvement des Indignés (mouvement d’Occupation) a conduit une manifestation globale contre l’inégalité.

En 2016, Bernie Sanders fait la une, ne parlant que de ça.

En Ontario, notre première ministre parle de refermer l’écart salarial entre les hommes et les femmes.

L’équité, c’est important. Les Ontariens y tiennent.

Mon deuxième point est que le budget de l’Ontario a un effet fondamental sur la justesse de notre société.

Un dollars sur six dépensé en Ontario est dépensé par le gouvernement provincial. Et ces dépenses ont un impact énorme sur l’équité. Les soins de santé universels et les écoles publiques gratuites existent parce que nous estimons, en tant que démocratie, que certaines choses sont tout simplement trop importantes pour qu’on les vende et les achète sur le marché.

Les marchés produisent la prospérité. Mais ils produisent aussi l’inégalité. C’est pourquoi il faut que les dépenses publiques fassent pencher la balance en faveur de l’équité.

Mon troisième point est que chaque budget gouvernemental transfère des fonds de gauche à droite. On prend des fonds de certains portefeuilles pour les transférer dans d’autres portefeuilles. La question qui se pose, ici, pour un budget donné, ces transactions rendent-elles l’Ontario plus équitable ou moins équitable?

Nous devons le savoir.

Un test d’équité, qui serait administré par le directeur de la responsabilité financière, permettrait d’évaluer ces déplacements – qui perd les fonds, où il vont et qui les reçoit. Où transfère-t-on des fonds du budget en relation à l’inégalité globale des revenus? Et en relation aux sexes? Et pourquoi pas en relation aux races et aux invalidités?

C’est ce qu’un test d’équité nous dirait.

Je vous encourage donc de recommander un amendement au projet de loi 173 qui donnerait au directeur de la responsabilité financière le pouvoir et les ressources nécessaires pour faire en sorte que les Ontariens sachent si un budget particulier rend la province plus équitable ou moins équitable.

C’est important, parce qu’en Ontario, on dissimule les véritables effets des décisions touchant les dépenses publiques.

Voici ce que je veux dire, les deux principes directeurs du gouvernement actuel et le budget 2016 sont 1) austérité pour le secteur public; et 2) dépenses publiques massives sur l’infrastructure.

Ces deux politiques sont étroitement liées à la politique de base de ce gouvernement, qui consiste à privatiser les services et les biens publics.

Le résultat est clair. Nous assistons à un transfert massif de richesses des intérêts publics à des intérêts privés, et plus particulièrement à des investisseurs privés et à de grandes sociétés. Nous assistons à un transfert massif de salaires du secteur à prédominance féminine de l’économie, soit le secteur public, au secteur plus « masculin » de l’économie, soit le secteur de la construction.

C’est la réalité. Mais je ne pense pas que les Ontariens en soient conscients. En fait, on veille bien à ce qu’ils ne voient pas ce qui se passe.

En établissant un test d’équité et en demandant au directeur de la responsabilité financière de produire chaque année un rapport sur les résultats, les Ontariens verraient vraiment où va leur argent.

Avec plus de transparence, les gouvernements devront afficher une plus grande responsabilité et nos budgets provinciaux se montrer plus équitables. Je vous encourage de recommander l’ajout d’un test d’équité dans le projet de loi 173.

Nous nous ferions un plaisir de répondre à vos questions maintenant.

Téléchargez ces notes