Communiqués bannière

Le SEFPO dénonce l’attaque antidémocratique du premier ministre Ford contre le Conseil municipal de Toronto

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Facebook
Twitter
Email

Toronto – Le président du Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario a condamné l’intention du premier ministre Doug Ford de supprimer près de la moitié des sièges du Conseil municipal de Toronto.

Warren (Smokey) Thomas a déclaré que c’était une atteinte à la démocratie, qui ne ressemble en rien à des politiques publiques judicieuses.

« Je tiens à rappeler au premier ministre que la législation est censée être un outil de promotion du bien, pas un instrument de vengeance », a dit M. Thomas. Les Torontoniens ont choisi de ne pas vous élire maire, mais ce n’est pas une raison de détruire la démocratie locale.

Les conseillers municipaux de Toronto sont essentiels à la responsabilisation du maire et de ses adjoints face au public.

« Doug, n’êtes-vous pas déjà suffisamment occupé sans devoir chercher la bagarre avec les conseillers municipaux de Toronto? », a demandé Smokey. « Couper et défricher à Toronto n’est pas utile à l’Ontario. »

 Les conseillers municipaux progressistes de Toronto se sont montrés fortement en faveur des services publics et contre la privatisation. Ils ont défait le plan de privatisation de Toronto Hydro, de l’administration du stationnement de Toronto (Toronto Parking Authority) et des bibliothèques publiques. Ils ont également pris position en faveur des communautés marginalisées, en soutenant la création de logements abordables, de lieux d’injection sûrs et de services à l’intention des LGBTQ2B.

« Comment la notion de supprimer tout un groupe de politiciens locaux élus démocratiquement peut-elle cadrer avec le slogan du gouvernement Ford, « pour le peuple »? », a encore dit M. Thomas.

Pour plus d’information : Warren (Smokey) Thomas, président du SEFPO : 613-329-1931