Skip to content
news_notices_french.jpg

Le SEFPO continue de faire pression sur le gouvernement Ford afin qu’il protège les inspecteurs en santé et sécurité au travail

OPSEU President Warren (Smokey) Thomas
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le président du SEFPO, Warren (Smokey) Thomas, demande aux patrons du ministère du Travail pourquoi il a fallu tant de temps pour fournir l’équipement, la formation et les directives appropriés aux inspecteurs en santé et sécurité au travail pendant la pandémie de COVID-19.

« Nous avons écrit au ministre du Travail, de la Formation et du Développement des compétences il y plus d’un mois pour l’exhorter à fournir aux inspecteurs l’équipement nécessaire de protection contre le virus de la COVID-19 », a déclaré M. Thomas. « Où est-il? Pourquoi les inspecteurs n’ont-ils pas encore tous reçu la formation et l’ÉPI nécessaires?

Il est inacceptable que des vies continuent d’être mises en danger, a fait remarquer M. Thomas.

« Pendant que les hauts fonctionnaires du gouvernement traînent les pieds pour suivre les directives du premier ministre, des travailleurs de toute la province continuent de tomber malade ou, pire encore, de périr parce que tout ce qui aurait pu être fait ne l’a pas été. »

Les inspecteurs ont visité toutes sortes de lieux de travail en Ontario, y compris les foyers de soins de longue durée, dans lesquels l’Ontario a connu sa plus grande épidémie. C’est seulement la semaine dernière  que ces inspecteurs ont commencé à recevoir une formation sur la pandémie et l’ÉPI dont ils ont besoin.

« Il est ridicule de s’attendre à ce que ces professionnels dévoués continuent de faire leur travail comme ils l’ont fait sans la protection adéquate et qu’ils soient, dans un même temps, la force motrice derrière le rétablissement viral », a déclaré M. Thomas. « Comment l’Ontario peut-il s’en sortir si nos propres inspecteurs en santé et sécurité au travail, là pour protéger la santé et la sécurité des travailleurs, ne sont eux-mêmes pas protégés? »

C’est un échec de planification, a déclaré Neil Martin, président du Comité des relations employés-employeur pour le ministère du SEFPO.

« Les inspecteurs en santé et sécurité n’ont pas de baguette magique. Ils savent de quoi ils ont besoin, mais malheureusement ils n’obtiennent pas tout ce dont ils ont besoin. Pourtant, ils continuent de faire leur travail tout en mettant leur vie en danger, avec seulement ce qu’ils ont, ce qui n’est pas beaucoup. »

Les récents commentaires du Service Employees International Union (SEIU), blâmant les inspecteurs pour les problèmes survenus dans les foyers de soins de longue durée, ne sont pas productifs et soulignent la nécessité de réforme dans le secteur, a encore dit M. Martin.

« Nous dépendons tous des inspecteurs en santé et sécurité au travail pour protéger nos familles et nos amis là où ils travaillent. Suggérer que les gens craignent de sortir n’est ni utile ni productif. Bien sûr que les gens ont peur. À l’instar de nos membres qui s’inquiètent pour leur sécurité, les membres du SEIU s’inquiètent eux aussi. »

« Essentiellement, les questions d’approvisionnement gouvernent notre quotidien, pas la santé et la sécurité des travailleurs », a déclaré le premier vice-président/trésorier du SEFPO, Eduardo (Eddy) Almeida. « Le gouvernement sait que si cela ne tenait qu’aux inspecteurs, le principe de précaution serait le fondement de toute inspection des lieux de travail. Toutefois, et c’est clair et simple, on ne permet pas aux inspecteurs de faire leur travail important. »